La valeur totale des propriétés de la province a bondi de 10,9%. Il s’agit de la plus importante augmentation de l’évaluation foncière que le Nouveau-Brunswick ait connue au cours des 20 dernières années.

L’assiette fiscale globale du Nouveau-Brunswick, c’est-à-dire la valeur totale des évaluations foncières dans la province, est désormais de 81 milliards $, une hausse de 8 milliards $ par rapport à l’an dernier. Pour 2022, la valeur des propriétés avait déjà augmenté de 7,7%.

Le gouvernement attribue cette progression fulgurante au boom immobilier qu’a connu la province. La population du Nouveau-Brunswick a cru de plus de 21 000 personnes au cours de la dernière année et a dépassé la barre des 800 000 résidents.

«Le marché de l’habitation a connu une croissance importante partout au Canada pendant la période COVID-19, et le Nouveau-Brunswick ne fait pas exception», souligne Jennifer Vienneau, porte-parole de Service NB.

Un mécanisme de protection contre les hausses marquées de l’évaluation est en place pour la plupart des biens occupés par le propriétaire dont l’évaluation augmente de plus de 10%. Pas moins de 78 % des propriétaires fonciers en bénéficieront pour 2023.

Cette mesure mise en place en 2013 ne s’applique pas aux nouvelles constructions, aux ventes récentes ou aux propriétés qui ont connu des rénovations importantes.

Les propriétaires ont jusqu’au 2 novembre 2022 pour demander une révision s’ils ne sont pas d’accord avec leur évaluation. Les factures d’impôt foncier, qui tiennent compte de la valeur d’évaluation des biens, seront envoyées par la poste le 1er mars 2023.

Revenus municipaux additionnels

Ce niveau record des évaluations représente une manne conséquente pour les municipalités, qui tirent plus de 80% de leurs revenus de l’impôt foncier. Ces recettes additionnelles pour 2023 sont évaluées entre 103 et 138 millions $.

Des 77 municipalités et 12 districts ruraux qui verront le jour le 1er janvier 2023, aucune entité ne verra son assiette fiscale être réduite. La municipalité de Belledune est celle dont la somme des évaluations progresse le moins (+0,6%).

Comme l’an dernier, plusieurs municipalités du Sud-Est bénéficieront d’une nette hausse. Shediac a connu la croissance la plus forte (+17,57%). Elle est suivie de près par d’autres communautés de la région: Dieppe (+15%) Moncton (+14,78%), Memramcook (+13,29%), Beausoleil (+13,44%) – qui naîtra de la fusion de Beaubassin-Est et Cap-Pelé – mais aussi Cap-Acadie (14,16%+) – Cocagne rejointe par les DSL de Dundas, Grand-Digue, Shediac Bridge-Shediac River, Wellington, Moncton et Shediac.

Quel impact sur le taux d’imposition?

Mardi, le ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale, Daniel Allain, invitait les municipalités à faire «des choix judicieux» lors des prochains votes budgétaires. Dans un communiqué publié la veille, il se positionne plus clairement en faveur d’une réduction de leur taux d’imposition foncière pour alléger le fardeau fiscal des contribuables déjà touchés par une forte inflation.

«En raison des augmentations importantes de l’évaluation foncière dans de nombreuses communautés, M. Allain invite les gouvernements locaux à examiner leurs budgets et l’augmentation de leurs coûts avec diligence et à essayer d’ajuster leurs taux d’imposition foncière dans la mesure du possible.»

L’an dernier déjà, environ la moitié des villes et villages avaient fait le choix de réduire le fardeau fiscal de leurs résidents. Yvon Godin, président de l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick, note qu’il est encore trop tôt pour se prononcer sur les choix que feront les élus locaux, rappelant que les opérations municipales sont elles aussi touchées par les hausses des prix.

«La réalité est différente en fonction des régions. Certaines municipalités n’ont pas connu de grosse augmentation de l’assiette fiscale», rappelle de son côté Pascal Reboul, le directeur général de l’AFMNB.

«Il faut faire confiance aux conseils qui sont en place, ceux qui peuvent diminuer le taux grâce à leur croissance le feront, ils l’ont démontré l’année dernière.»

Notons que dans le cas des nouvelles entités qui verront le jour en 2023, comme Baie-des-Hérons ou Belle-Baie, leur taux d’imposition foncière sera établi par le ministre Daniel Allain suite au travail réalisé par les comités de transition.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle