Les Acadiens et membres de la Confédération Wabanaki se réuniront à Fredericton le 25 octobre pour un grand Tintamarre pour faire entendre leur mécontentement à l’endroit du gouvernement Higgs.

Le Tintamarre est organisé par la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB), la Wolastqey Nation in New Brunswick (WNNB) et le Mi’gmawe’l Tplu’taqnn (MIT). La marche commencera à l’Hôtel de ville de Fredericton pour se rendre à l’édifice de l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, à la veille de la reprise des travaux parlementaires.

L’objectif du Tintamarre est de montrer l’amitié et la solidarité du peuple acadien et des Premières nations ainsi que de dénoncer la tendance du gouvernement Higgs de laisser pour compte les populations minoritaires de la province, que ce soit en réprimant leurs droits comme leur langue, leur reconnaissance culturelle et leur volonté de réconciliation.

«Aujourd’hui, nous unissons notre voix à celle des autres groupes minoritaires de la province qui ont été abandonnés par un premier ministre, qui s’intéresse uniquement à la réalisation de son programme politique personnel», a déclaré le chef Allan Pochies Jr. de Sitansik (Première Nation de Saint-Mary’s).

Cette alliance survient après les nombreux refus du gouvernement de Blaine Higgs pour discuter avec les représentants autochtones et la récente nomination de Kris Austin, reconnu pour ses propos controversés sur la langue française, en tant que ministre de la Sécurité publique.

Les membres des Premières Nations ont accepté de se joindre à une tradition typiquement acadienne en tant qu’invités d’honneur du Tintamarre pour démontrer la grande relation entre les deux communautés.

«C’est une activité unique chez les Acadiens. On s’est dit que c’était la meilleure manière de faire ressentir notre présence dans la capitale», a affirmé le président de la SANB Alexandre Cédric Doucet.

«Les Mi’gmaqs et les Acadiens ont une longue histoire de travailler ensemble, ajoute le chef de la Première Nation de Pabineau, Terry Richardson. L’événement du 25 octobre vise à faire comprendre au gouvernement que nous sommes là et que nous devons établir des relations constructives. Nous ne pouvons pas avoir des dirigeants qui retardent ou sapent les efforts qui visent à nous rassembler. C’est la collaboration et la coopération qui feront avancer le Nouveau-Brunswick.»

Pour Alexandre Cédric Doucet, ce rassemblement est historique.

«De mémoire, c’est la première fois dans l’histoire contemporaine du Nouveau-Brunswick qu’on voit les communautés acadiennes et autochtones se mettre ensemble pour dire le même message et faire front commun. C’est exceptionnel comme événement.»

D’autres organisations et personnalités sont attendues pour rejoindre la marche. Une invitation a notamment été envoyée à l’ancien ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance Dominic Cardy, s’étant fait remarquer pour s’être insurgé contre Blaine Higgs dans une lettre qui a bouleversé le milieu politique du Nouveau-Brunswick. Il n’a cependant pas encore confirmé sa présence. Un communiqué sera envoyé dans les prochains jours pour indiquer toutes les présences.

Des artistes autochtones et acadiens seront présents, dont les Muskrat Singers de la réserve Saint-Mary et le chanteur du groupe Les Hôtesses d’Hilaire Serge Brideau, lui-même membre du conseil d’administration du SANB en tant que représentant du Nord-Ouest. Ce dernier est à la recherche de d’autres artistes acadiens pour l’occasion.

Le Tintamarre ne serait que le début pour cette alliance.

«Les Autochtones en ont fini avec ce premier ministre, a souligné Terry Richardson. On ne peut pas travailler avec lui. Nous avons un gouvernement qui refuse de négocier avec nous. La seule façon, c’est de continuer à faire des actions pour nous faire comprendre.»

Plusieurs autres actions sont prévues, comme une campagne de dénonciation contre Kris Austin, l’envoi de lettres ouvertes et d’opinions et possiblement un autre grand rassemblement.

«On va continuer à se battre contre ce gouvernement jusqu’à ce qu’ils donnent la chance aux peuples autochtones et acadiens de se faire comprendre»

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle