Vingt-et-un organismes du milieu associatif acadien demandent que le ministre Kris Austin soit retiré du comité de députés progressistes-conservateurs chargé de la révision de la Loi sur les langues officielles.

Ils veulent également que ce comité, qui est composé du premier ministre, de huit ministres et d’un député progressiste-conservateur, devienne un comité public de l’Assemblée législative.

Ce groupe de travail sur la révision de la Loi sur les langues officielles a été formé il y a environ un mois par le premier ministre. La semaine dernière, il a affirmé que les députés s’étaient rencontrés à deux reprises pour discuter de la révision de la Loi sur les langues officielles.

Kris Austin a déjà réclamé la fusion des régies de santé et l’abolition du poste de commissaire aux langues officielles.

«En dix ans d’implication communautaire, je n’ai jamais vu la population et la société civile acadienne aussi frustrée que ça. […] Je pense que le premier ministre doit écouter la population et retirer Kris Austin le plus tôt possible du comité», a dit Alexandre Cédric Doucet, président de la Société de l’Acadie du N.-B., qui a organisé la conférence de presse avec l’appui des autres organismes.

Les dirigeant(e)s de 21 organismes acadiens et francophones se sont réunis à Fredericton, le 15 novembre. – Acadie Nouvelle: Alexandre Boudreau

M. Doucet affirme que les organismes ont un plan pour assurer le respect des droits des francophones, et que «toutes les options sont sur la table», y compris de se tourner vers les tribunaux comme dernier recours. Il espère que Blaine Higgs retirera Kris Austin du comité.

«Il y a juste les fous qui ne changent pas d’idée, alors si le premier ministre ne change pas d’idée, c’est un fou.»

Geneviève Latour, présidente du Regroupement féministe du N.-B., affirme que la présence de Kris Austin sur ce comité laisse présager des reculs dans les droits des communautés de langues officielles.

«Comme féministes, on a l’habitude de ne rien prendre pour acquis et d’être prêtes à tous les reculs, et c’est pour ça aujourd’hui qu’il faut briser le silence et s’affirmer et dénoncer la nomination de Kris Austin au comité ad hoc.»

Geneviève Latour, présidente du Regroupement féministe du N.-B., a pris position contre la présence du ministre Kris Austin au comité de révision de la LLO, à Fredericton. – Acadie Nouvelle: Alexandre Boudreau

Higgs rétière sa confiance en Austin

Blaine Higgs affirme qu’il n’a pas l’intention de retirer Kris Austin du comité. Il demande aux gens d’attendre de voir le résultat du travail du comité avant de tirer la sonnette d’alarme.

«Non, ce n’est pas mon plan. Nous avons de bonnes discussions en groupe, et c’est un comité ad hoc qu’on a, et je pense que les gens doivent attendre la réponse au rapport des commissaires et ne pas spéculer sur ce dont ça aura l’air.»

Selon lui, le comité sera dissous dans peu de temps, puisque son gouvernement prépare sa réponse au rapport de révision de la LLO avant la fin de l’année. Il affirme aussi qu’il est ouvert à rencontrer les dirigeants des 21 organismes.

Selon lui, il s’agit d’un «groupe de travail» sur la question des langues officielles plutôt que d’un comité formalisé du caucus ou du cabinet.

Reculs

Blaine Higgs affirme que rien n’a changé pour le pire pour les francophones durant son mandat, et que ça n’arrivera pas non plus lorsque le comité aura terminé son travail.

La députée libérale Isabelle Thériault a affirmé pendant la période de questions, mardi, que certaines décisions du gouvernement Higgs constituaient des reculs pour les francophones.

Elle a notamment souligné la tentative de réduire les exigences linguistiques des ambulanciers, le délai du gouvernement pour répondre à la révision de la LLO et la présence de Kris Austin sur le comité.

Le député Kevin Arseneau, du Parti vert, estime que le premier ministre continue à mettre de l’huile sur le feu en refusant d’accepter la demande des organismes acadiens.

«Pour lui, 21 organismes, ce sont juste une couple de personnes qui sont fâchées contre lui.»

Une période de questions mouvementée

Le dossier de la révision de la LLO et du rôle de Kris Austin dans ce processus a été le sujet du jour de la période de questions, mardi, à l’Assemblée législative.

La députée libérale Isabelle Thériault a enjoint le ministre Daniel Allain de prendre position en lui demandant s’il endossait la demande de retirer Kris Austin du comité et de rendre ce comité public.

«C’est un ministre qui peut souvent nous interrompre quand on pose des questions, il est là et il parle tout le temps, mais pourtant, quand il se lève, il a de la misère à finir une phrase. Il dit qu’il est un fier acadien, bien l’Acadie le regarde. Est-ce qu’il va sortir de son mutisme et défendre son peuple?»

Le ministre a entamé sa réponse au sujet de l’aspect privé du comité chargé de la révision de la LLO.

«Quand on voit la question de la députée de Caraquet, est-ce qu’elle veut […] que les décisions du cabinet soient publiques aussi? Jusqu’à quel point? La Loi sur les langues officielles est une loi qu’on révise au cabinet tout de suite. Le premier ministre a dit bien clairement qu’il y aura une réponse au mois de décembre. J’ai hâte d’avoir cette discussion-là. […] S’il vous plaît, si vous avez des solutions que vous voulez amener…»

La députée Isabelle Thériault l’a interrompu.

«La solution c’est de le retirer, l’endosses-tu? Endosses-tu ça?»

Le président de la chambre, Bill Oliver, l’a rappelée à l’ordre, et le ministre Daniel Allain l’a remerciée pour la question, puis s’est rassis, ce qui a suscité un brouhaha de désapprobation de la part de l’opposition.

Lors d’une entrevue avec l’Acadie Nouvelle mardi après-midi, le ministre Allain n’a pas non plus répondu directement à la question du retrait de Kris Austin du comité.

«J’accepte les inquiétudes de ces groupes-là. Est-ce qu’on aurait pu aller plus vite sur le processus [de révision de la Loi]? Oui, et je continue à le dire. Ce n’est pas moi qui nomme les gens au comité, mais je fais partie du cabinet. Et la dernière décision va venir au cabinet. Je fais partie d’un cabinet et je vais défendre nos droits, nos acquis, c’est important pour moi.»

Liste des 21 organismes

  • Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick;
  • Association acadienne des artistes professionnelles du Nouveau-Brunswick ;
  • Association des bibliothécaires, professeures et professeurs de l’Université de Moncton ;
  • Association des enseignants francophones du Nouveau-Brunswick ;
  • Association des juristes d’expression française du Nouveau-Brunswick ;
  • Association francophone des aîné.es du Nouveau-Brunswick ;
  • Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick ;
  • Association francophone des parents du Nouveau-Brunswick ;
  • Communautés et loisir Nouveau-Brunswick ;
  • Conseil économique du Nouveau-Brunswick ;
  • Conseil pour le développement de l’alphabétisme et des compétences des adultes du Nouveau-Brunswick ;
  • Conseil provincial des sociétés culturelles ;
  • Coopérative de développement régional Acadie ;
  • Égalité Santé en Français ;
  • Fédération des conseils d’éducation du Nouveau-Brunswick ;
  • Fédération des étudiantes et des étudiants du campus universitaire de Moncton ;
  • Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick ;
  • Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick ;
  • Salon du livre de Dieppe ;
  • Société des enseignantes et enseignants retraités francophones du Nouveau-Brunswick ;
  • Société des Jeux de l’Acadie.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle