Les partis d’opposition à Fredericton exhortent la Santé publique du N.-B. à briser son silence et à informer la population au sujet des risques de la COVID-19, de l’épidémie de grippe et d’autres virus respiratoires.

L’opposition trouve que la Santé publique du N.-B. a été absente du débat public sur l’épidémie de grippe saisonnière et la prévalence d’autres virus respiratoires tels que la COVID-19.

«On voit à travers le pays que les autres médecins hygiénistes en chef ont des communications directes avec le public, et c’est vraiment important», dit Megan Mitton, députée du Parti vert.

Elle croit que la Santé publique doit organiser une conférence de presse pour informer la population.

Jeudi après-midi, la Santé publique a affirmé que le Dr Yves Léger, médecin-hygiéniste en chef par intérim, sera disponible vendredi après-midi pour répondre aux questions des journalistes.

Le niveau d’infection à la grippe au niveau national est maintenant considéré comme une épidémie.

Mardi, la Société médicale du N.-B. a affirmé que les cas de COVID-19, du virus respiratoire syntactical (VRS) et de la grippe commencent à représenter un fardeau pour le système de santé.

Le Collège des médecins du N.-B. a également encouragé le port du masque dans les lieux publics, et a demandé à la province de faire une campagne de sensibilisation pour exhorter les gens à le porter.

La Santé publique a refusé une entrevue à l’Acadie Nouvelle ce jour-là, et a affirmé qu’il n’était pas nécessaire de changer d’approche sur la question pour l’instant.

En Nouvelle-Écosse, l’augmentation du nombre d’infections au VRS représente un problème pour le Centre de santé IWK, un hôpital pour enfants.

Megan Mitton s’inquiète de l’impact des virus respiratoires sur le système de santé du N.-B. compte tenu de ce qui se produit dans d’autres provinces.

«On voit la grippe, le VRS, la COVID circule dans nos communautés, on n’a pas les chiffres sur toutes ces choses mais on sait qu’il y a beaucoup de pressions sur les hôpitaux, sur nos systèmes de soins de santé. J’ai vraiment des inquiétudes sur ce qui s’en vient dans les prochains mois.»

Rob McKee, député libéral et chef de l’Opposition officielle par intérim, estime que la Santé publique du N.-B. doit communiquer plus ouvertement pour sensibiliser la population aux risques de la COVID-19 et à l’importance de la vaccination.

Le député libéral Rob McKee, chef de l’Opposition officielle par intérim, lors d’une mêlée de presse à Fredericton. – Acadie Nouvelle: Alexandre Boudreau

«Ce sont eux qui ont été là tout au long de la pandémie, et dernièrement, on voit des incidences de décès, de plus de cas, et depuis trois semaines, la Santé publique n’est pas disponible pour donner des mises à jour.»

Le ministre de la Santé, Bruce Fitch, affirme que la Santé publique reçoit beaucoup de demandes médiatiques chaque jour, et que le Dr Yves Léger a récemment été occupé à préparer une présentation livrée aux ministres fédéraux, provinciaux et territoriaux de la santé qu’il a livrée la semaine dernière.

La Dre Jennifer Russell est actuellement en arrêt de travail médical, et le Dr Yves Léger, médecin-hygiéniste régional, s’occupe de ses fonctions pendant l’intérim.

Le ministre de la Santé affirme que les communications du gouvernement sur la question ont été cohérentes, et que les directives sont claires.

«On sait que la saison de la grippe est arrivée, que la COVID est parmi nous et que le VRS est plus prévalent, et nous savons que les réseaux de santé s’y préparent.»

M. Fitch affirme que la recommandation de la Santé publique sur le port du masque est de «porter le masque si vous le souhaitez».

Le ministre de la Santé, Bruce Fitch, répond aux questions des journalistes, à Fredericton. – Acadie Nouvelle: Alexandre Boudreau

«Les gens doivent évaluer leur propre tolérance au risque et leur propre risque quant à la prévention des maladies», dit-il en ajoutant que les bénéfices de mesures telles que le port du masque et la vaccination ont été prouvés.

Megan Mitton affirme toutefois que le gouvernement n’encourage pas suffisamment le port du masque et qu’il se contente de le «tolérer».

«J’aimerais voir des recommandations et des conseils plus clairs pour les Néo-Brunswickois. Le langage utilisé là-dessus depuis un certain temps, c’est plutôt “tolérons les gens qui portent le masque”», dit-elle.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle