Dans une table ronde télévisée consacrée à la relation tendue entre les francophones et son gouvernement, Blaine Higgs a préféré s’attarder à l’amélioration du programme d’immersion en français des élèves anglophones de la province.

L’émission The Panel with Terry Seguin, diffusée à la télévision communautaire de Rogers, proposait mercredi soir une table ronde afin d’aborder la difficile relation entre les francophones du Nouveau-Brunswick et le gouvernement progressiste conservateur de Blaine Higgs.

M. Higgs, Susan Holt, cheffe du Parti libéral, et Kevin Arseneau, député vert de Kent-Nord, ont été conviés pour l’occasion.

En guise d’ouverture, l’animateur de l’émission, Terry Seguin, a fait état de quelques-unes des controverses ayant envenimé les relations entre les Néo-Brunswickois francophones et le gouvernement en place, notamment le limogeage du conseil d’administration du Réseau de santé Vitalité ou la nomination de l’ancien chef de la People’s Alliance, Kris Austin, au comité chargé de réviser la Loi sur les langues officielles (LLO).

Invité à dire s’il acceptait la responsabilité pour les mauvaises relations entre son gouvernement et la communauté francophone, Blaine Higgs a dit mener des combats que ses prédécesseurs ont refusés.

«Je dois prendre une partie de la responsabilité parce que les enjeux que nous attaquons ont été ignorés par plusieurs premiers ministres du passé», a-t-il dit.

Pendant toute l’heure qu’a duré le débat, Blaine Higgs a refusé de répondre aux critiques de ses collègues qui lui ont reproché de ne pas écouter la communauté francophone et d’ignorer leurs doléances.

«En ayant voulu être le chef du CoR, vous savez que vous devez en faire plus pour construire une relation avec les francophones du Nouveau-Brunswick et vous n’avez fait aucun effort en ce sens, que ce soit visiter ces communautés, apprendre à les connaître et apprendre leur langue», a déploré Susan Holt.

Interrogé pour savoir ce qu’il avait pu trouver intéressant dans l’idéologie du CoR, son ancienne formation politique, Blaine Higgs a esquivé la question pour aborder les problèmes importants qui plombent le système d’immersion française du réseau scolaire anglophone.

Peu importe les questions qui lui ont été posées pendant la soirée, les réponses du premier ministre ont surtout porté sur le système d’immersion. D’après M. Higgs, ce sont surtout les ratés de l’éducation des élèves anglophones qui nuisent au bilinguisme dans la province.

Pour Kevin Arseneau, cela montre bien à quel point le gouvernement Higgs fait la sourde oreille aux craintes et aux demandes de la communauté francophone.

«Nulle part dans la Loi sur les langues officielles il n’est question de l’immersion. Il s’agit d’égalité et de dualité. Je ne dis pas qu’il ne faut pas s’occuper de l’immersion, mais vous ne vous y intéressez pas au bon endroit ou au bon moment. Ce sont des enjeux séparés», a-t-il pesté.

Quand il est question des améliorations à apporter à la LLO ou de l’atteinte de l’égalité réelle entre les communautés, Blaine Higgs préfère discréditer les leaders des organismes acadiens, se mettant encore un peu plus à dos les francophones, dit M. Arseneau.

«Nous sommes ici pour parler de la Loi sur les langues officielles et d’enjeux linguistiques, mais vous avez surtout parlé d’immersion», a déploré le député vert.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle