La ministre du Développement social, Dorothy Shephard, affirme que la population de sans-abri atteint un niveau «jamais vu» et que son ministère fait le nécessaire pour héberger les itinérants cet hiver.

Le risque encouru par les sans-abri de la province cet hiver a occupé une bonne partie du débat lors de la période de questions mercredi, alors que la Ville de Moncton réclame du financement pour un centre de réchauffement pour itinérants.

L’Opposition officielle libérale a sommé le gouvernement de dépenser davantage pour s’attaquer au problème de l’itinérance dans la province, particulièrement à Moncton.

Cette semaine, la Ville de Moncton a tiré la sonnette d’alarme face au nombre grandissant de personnes itinérantes dans la municipalité.

La Ville demande du financement au gouvernement provincial afin d’assurer qu’il y aura un logis pour environ 550 sans-abri cet hiver.

Tout comme la mairesse de Moncton, Dawn Arnold, le chef de l’Opposition officielle Rob McKee a pointé du doigt le surplus anticipé de 774 millions $ du gouvernement provincial cette année.

La ministre Dorothy Shephard a affirmé que son gouvernement a déjà augmenté son financement pour aider les sans-abri en octobre, et qu’il dépensera 8 millions $ sur trois ans pour financer les refuges d’urgence.

Le chef de l’Opposition officielle, Rob McKee, a demandé à la ministre de détailler comment son gouvernement dépensera ce financement.

La ministre affirme que son ministère travaille avec des organismes locaux pour trouver un refuge pour les itinérants, mais qu’elle ne peut pas détailler ces dépenses puisque les contrats ne sont pas encore finalisés.

Elle affirme qu’il ne s’agit pas d’une question d’argent, mais plutôt de logistique.

«Je ne pense pas que l’argent est le problème, c’est une question de travail stratégique avec nos parties prenantes sur le terrain. Ce travail se poursuit chaque jour. Nous sommes très près de signer les contrats, mais ça ne veut pas dire que le travail n’a pas encore commencé», assure-t-elle.

Le directeur général de la Ville de Moncton, Marc Landry, a affirmé lundi que le ministère du Développement social semble s’être préparé pour l’hiver en vue d’une liste de 230 itinérants, alors qu’il y en aurait environ 550. Il a affirmé que le ministère comprend qu’il ne faut plus se fonder sur ce chiffre.

La ministre du Développement social a affirmé qu’elle constate «une population itinérante comme nous ne l’avons jamais vue avant», mais qu’elle a néanmoins été surprise par les données de la ville.

«Nous essayons très fort de rationaliser ce chiffre. Je ne dis pas qu’il est erroné, je dis que ce n’est pas le chiffre avec lequel nous travaillons. Nous travaillions avec 224.»

Elle affirme qu’elle se concentre à répondre aux besoins de la ville, peu importe le nombre d’itinérants.

«Nous travaillons avec des centres de réchauffement et peut-être des lits additionnels à certains endroits. Toute cette stratégie est en train d’être finalisée en ce moment.»

Les chefs d’opposition croient que le gouvernement aurait dû anticiper le problème.

«Le travail de planification aurait dû être fait cet été. C’était clair dès cet été qu’il y avait une explosion du nombre de sans-abri dans la province», indique le chef du Parti vert, David Coon

La chef du Parti libéral, Susan Holt, trouve aussi que le gouvernement a été lent à réagir au problème.

«À chaque année, on sait qu’il y a des gens qui ont besoin d’aide quand il fait froid dehors. […] Les équipes municipales et les organismes à but non lucratif voulaient parler de cela cet été, ils voulaient trouver des solutions. Quand j’entends qu’on attend trois semaines pour qu’un contrat soit signé pour qu’on puisse répondre au besoin […] ce n’est pas rassurant.»

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle