Les conseillers municipaux de Moncton ont à nouveau voté en majorité pour l’expansion des limites urbaines de leur ville, lundi soir. Ils ont définitivement permis deux projets immobiliers le long de la promenade Elmwood, en deuxième et troisième lecture.

L’un des projets immobiliers s’appelle Eastgate Village. Il fait face au parc naturel d’Irishtown. Il devrait contenir à terme 956 unités résidentielles (un mélange de maisons unifamiliales, de maisons en rangée et d’appartements), une école privée, une garderie et un marché.

Le promoteur, ELCE Developments, devra toutefois attendre avant d’achever ce projet. La capacité du réseau d’égouts permet pour l’instant la construction de 142 maisons au maximum à cet endroit. De surcroît, une ligne destinée aux virages à gauche vers le lotissement sera nécessaire sur la promenade Elmwood pour la construction de plus de 100 unités.

Le deuxième projet immobilier s’appelle Vineyard. Il comprendra un mélange de maisons individuelles, de duplexes et de maisons en rangée. Il se situera au sud du parc naturel d’Irishtown.

Si les conseillers municipaux s’en étaient tenus au Plan municipal de Moncton, ils auraient choisi d’éviter l’étalement urbain. Le texte exclut la possibilité d’étendre les limites de la communauté. Une majorité des conseillers municipaux a cependant décidé de le modifier vite, même si la Ville était censée le revoir en 2023, après des consultations.

Plusieurs d’entre eux ont remis en question les limites urbaines le long de la promenade Elmwood, qui s’étendent jusqu’à la Moncton High School, que le gouvernement provincial a décidé unilatéralement de construire au nord de la cité. Ils ont aussi pointé le quartier Royal Oaks, situé plus au nord que les projets immobiliers acceptés lundi.

Pendant les débats d’octobre, le représentant d’ELCE Developments, Bill Hennessey, a également fait valoir la grande demande de terrains et de logements à Moncton.

L’administration de la Ville a rétorqué qu’il y avait assez d’espace disponible dans les limites urbaines pour la croissance démographique des 25 prochaines années. Elle a souligné qu’à l’intérieur de cette zone, la Municipalité avait déjà des infrastructures à entretenir. Elle a 231,5 millions $ de déficit sur ce point.

Lundi, la mairesse Dawn Arnold et les conseillers municipaux Charles Léger, Monique LeBlanc et Susan Edgett ont voté contre les projets immobiliers Eastgate et Vineyard, face à sept autres élus.

Avant le vote, Mme Arnold s’est excusée d’avoir qualifié de «non intelligente» l’élargissement des limites urbaines de Moncton lors de la réunion du conseil municipal du 17 octobre.

Victoire de la voiture

Le même mois, un historien et politologue d’origine acadienne, Joel Belliveau, s’est exprimé sur l’étalement urbain dans une chronique pour Francopress.

«À Moncton ou à Sudbury, lorsque j’y habitais, il fallait souvent que je me résigne à passer de longs moments dans l’auto pour faire de simples courses. Ces deux villes sont des agglomérations de plus de 100 000 personnes où on ne manque d’à peu près rien (à moins d’être de gros fans d’opéra). Mais, comme tant d’autres villes nord-américaines, elles se sont étalées sur de vastes territoires: 2400 et 3000 kilomètres carrés, respectivement!», s’est-il exclamé.

Il a rappelé que la cause de ce phénomène est l’automobile, dont l’utilisation s’est démocratisée durant l’après-guerre. Grâce à ce moyen de transport, les classes moyennes ont pu habiter dans des banlieues.

«A-t-on appris des erreurs des 75 dernières années en matière d’aménagement urbain? Sait-on désormais créer et maintenir des quartiers à usages mixtes, avec une plus grande densité, où les résidents sont moins dépendants des longs trajets en voiture?, s’est demandé M. Belliveau. Je l’espère, mais en voyant tous ces nouveaux quartiers de grosses maisons unifamiliales pousser comme des champignons, de plus en plus loin du centre, j’ai des doutes.»

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle