Dans la Péninsule acadienne, trois postes de maire sur cinq faisaient l’objet d’une élection lundi, mais en considérant les candidats au poste de conseiller, ce sont au moins 10 anciens maires qui auront voulu poursuivre leur carrière dans le monde municipal. Certains ont connu une meilleure soirée que d’autres.

Shippagan

L’élection de Shippagan (désormais constituée de deux municipalités et de sept DSL) avait comme un air de déjà vu, alors que Kassim Doumbia, le maire de l’ancienne ville (1026 votes) a doublé les voix de Nathalie Blaquière (443), une journaliste de carrière, qui avait été défaite par le même adversaire en mai 2021.

Toutefois la performance de Danny Rousseau, le propriétaire de l’Épicier l’Indépendant, aura été le fait marquant de la soirée. M. Rousseau a obtenu 800 votes, pour se glisser au deuxième rang, et menacer M. Doumbia, un vétéran en politique municipale.

Île-de-Lamèque

À l’Île-de-Lamèque, entité résultant de la fusion des deux municipalités et des huit DSL de l’île, deux anciens maires. Jules Haché de Lamèque et Bernard Savoie de Sainte-Marie-Saint-Raphaël s’affrontaient dans une lutte qui s’est achevée par une victoire de presque 300 voix de M. Savoie: 1256 contre 957.

Pour se faire élire, Jules Haché, le maire sortant de la ville de Lamèque devait convaincre une population largement rurale, préoccupée de possibles augmentations d’impôt.

Allain Guignard, un employé du ministère des Transports et de l’infrastructure, a terminé loin derrière avec 409 votes. Paul F. Chiasson, un homme d’affaires, qui proposait un programme écologiste, n’a obtenu que 66 votes.

À Rivière-du-Nord, Joseph Lanteigne (1305 voix), le maire de Saint-Léolin (2001-2012 et 2021), a défait Éric Landry (288 voix), un homme d’affaires de Grande-Anse et un ancien conseiller municipal, aujourd’hui à la retraite.

Anciens maires et postes de conseillers

Le candidat le plus en vue de Rivière-du-Nord, le maire de Bertrand et président de l’Association francophone des municipalités du N.-B., Yvon Godin, était pressenti pour prendre les rênes de la nouvelle municipalité, mais déçu par la pauvreté du cadre financier qui accompagne la réforme, il a préféré viser le poste de conseiller du quartier 3, qu’il a gagné par acclamation.

Deux autres maires étaient sur les rangs pour un poste de conseiller. Thérèse Haché, de Grande-Anse a obtenu le premier des deux postes de conseiller général (605 voix), mais Jules Boudreau, un ancien maire de Maisonnette, a terminé troisième (404) et est tombé à court d’une centaine de votes pour obtenir le second poste, qui a été enlevé par Gérard Battah de Saint-Léolin (524).

À Caraquet, l’ancien maire Kevin Haché était opposé à huit autres candidats pour l’un des quatre sièges du quartier 1. Il a terminé au cinquième rang (757), derrière Kim Légère (824). Florence Albert (1014), Terry Ing (1194) et Louise Blanchard (1384).

Roger R. Chiasson, maire sortant de Bas-Caraquet participait pour sa part à l’élection du quartier 5 (Bas-Caraquet, Pokesudie). Dans une lutte à huit, pour deux postes, il a terminé au troisième rang (267 voix), derrière Nicole Hébert (287 voix) et Marie-Soleil Landry (323).

Dans la municipalité des Hautes-Terres, Louis LeBoutillier, maire sortant de Saint-Isidore, a remporté son pari, alors qu’il a défait son opposant Richard Thibodeau, 243 voix contre 221.

Deux anciens ministres provinciaux, Bernard Thériault (Caraquet) et Denis Landry (Hautes-Terres) savent depuis quelques jours qu’ils allaient pouvoir suivre la soirée électorale sans la moindre inquiétude, après avoir été élus par acclamation.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle