Afin de répondre à une forte demande dans la communauté, et par le fait même permettre à ses employés de garder la forme, une entreprise de Saint-Quentin a investi plusieurs milliers de dollars dans la création d’un centre d’entraînement communautaire.

Depuis le 1er décembre, il est maintenant possible de lever à nouveau de la fonte à Saint-Quentin en raison de l’ouverture du Gym Savoie.

Cette municipalité s’était en effet retrouvée sans centre de conditionnement physique il y a quelques mois à la suite de la fermeture de son seul établissement privé, ce qui a laissé la population avec peu d’options.

Au Groupe Savoie, principal employeur dans la région, on avoue que cette situation était plutôt fâcheuse, particulièrement dans un contexte où l’on tente par tous les moyens d’attirer des travailleurs dans la région. Jusqu’ici, l’approche agressive de l’entreprise en matière de recrutement a été plutôt payante.

«Mais il nous en faut encore plus», confirme Jason Somers, vice-président exécutif du Groupe Savoie.

«Dans nos démarches auprès des candidats, on nous demande quels services sont offerts dans le coin et le gym revient souvent. Malheureusement, on était obligé depuis un moment de dire que ça n’était plus disponible. Ça posait donc problème», explique-t-il.

M. Somers l’avoue, devoir donner cette réponse à des employés potentiels le chatouillait.

Mais voilà, un projet de centre de conditionnement communautaire était justement à l’étude. Un local avait même déjà été identifié à la Polyvalente A.-J. Savoie. Ce qui manquait cruellement, c’était un partenaire aux reins suffisamment solides pour donner le coup d’envoi.

«Le Groupe Savoie a toujours eu comme philosophie d’être un bon citoyen corporatif, d’aider la communauté. Dans ce cas-ci, on avait déjà un appétit pour un projet de ce type, donc le timing était parfait. C’était l’occasion que l’on cherchait», souligne M. Somers, notant que le Groupe Savoie a décidé d’embarquer dans l’aventure à titre de bailleur de fonds principal.

L’entreprise a allongé une centaine de milliers de dollars pour la rénovation du local et l’achat de l’équipement, un montant d’ailleurs revu depuis à la hausse en raison de dépassements de coût.

«Tant qu’à avoir quelque chose, on voulait que ça ait de la classe et que ça réponde aux standards de qualité de l’entreprise. Surtout que l’endroit portera le nom de l’entreprise», précise M. Somers.

Avec cet investissement, l’entreprise espère ainsi combler un vide dans la communauté, vide qui aurait pu nuire aux efforts de recrutements d’éventuels employés. Mais ce don signifie bien plus qu’une stratégie d’immigration. Le Groupe Savoie compte en effet faire bénéficier ses employés.

En échange de ce coup de pouce financier pour démarrer ce centre d’entraînement, tous ses employés y auront accès gratuitement. La contribution équivaut du coup à l’achat d’abonnements pour les employés qui désirent se prévaloir de ce service, et ce, jusqu’à l’atteinte du montant de la contribution. Une valeur ajoutée qui peut être interprétée comme un incitatif à la rétention à l’heure où le manque de main-d’œuvre est criant pratiquement partout.

«Rien n’est encore concret, mais je crois que c’est un service qu’on pourrait décider de continuer à offrir à nos employés dans le futur. Je trouve que c’est une belle valeur ajoutée à donner à notre personnel. La santé c’est important et, même si ce n’est pas l’objectif premier, c’est connu que les employés en bonne forme ont tendance à être plus heureux et même plus productifs», souligne M. Somers.

Bien que situé à la PAJS, l’accès au centre sera indépendant de l’établissement scolaire. Les usagers n’ont donc pas à déambuler à l’intérieur de l’école. En raison de sa position, il pourra par ailleurs servir la population étudiante.

Le centre d’entraînement n’est toutefois pas la propriété du Groupe Savoie bien qu’il en soit le principal bailleur de fonds. Selon M. Somers, celui-ci est plutôt géré par un comité indépendant comprenant, entre autres, des représentants de la municipalité, du système scolaire et de la communauté.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle