Le gouvernement fédéral a annoncé, mercredi, une contribution remboursable de 1,1 million $ afin de soutenir l’entreprise ALPA Équipement dans son projet de chaîne de fabrication et d’assemblage de son abatteuse multifonctionnelle, la Landrich.

Annoncé par l’entremise du député fédéral de Madawaska-Restigouche, René Arseneault, ce projet permettra également à la compagnie d’augmenter sa production et ses ventes grâce à l’amélioration de ses opérations.

L’entreprise restigouchoise, qui a développé il y a quelques années la

Landrich (un engin sur chenilles conçu pour faciliter la coupe forestière), a récemment déménagé dans un local beaucoup plus grand situé dans le parc industriel d’Eel River Dundee. Un déménagement qui avait comme objectif de mettre sur pied une chaîne de production plus performante alors que la demande pour cet engin est en croissance.

«Pour être concurrentielles, les entreprises doivent pouvoir suivre le rythme, innover et trouver les moyens d’améliorer leur productivité. C’est exactement ce que fait ALPA Équipement avec sa chaîne d’assemblage», souligne le député.

L’investissement du gouvernement fédéral devrait permettre la création d’une quinzaine d’emplois. En opération dans ses nouveaux locaux depuis quelques mois, l’entreprise a déjà pourvu une dizaine d’entre eux et est toujours à la recherche de candidats pour les autres.

Le projet de la Landrich est en branle depuis 2004. La première unité commerciale à voir le jour en usine (anciennement à Balmoral) remonte toutefois à 2010. L’an dernier, l’entreprise a souligné la sortie de sa 50e unité. Depuis, la division AL Fabrication (responsable de la Landrich) a déménagé dans sa nouvelle usine en juin. Elle a produit sa toute première Landrich dans ces locaux un mois plus tard.

«Cette usine, c’est un gros investissement, mais il fallait le faire. Ça va nous permettre de faire plus de Landrich, d’être plus efficaces, mais aussi de créer plus d’emplois. Déjà, on peut dire que nous avons eu de gros gains en termes d’efficacité», explique le vice-président et directeur général d’ALPA Équipement, Serge Landry.

L’usine compte actuellement 23 employés et prend en moyenne trois semaines pour produire une Landrich.

«On pourrait honnêtement en faire davantage, car on commence à être de plus en plus habitué avec nos nouveaux équipements, à avoir une bonne cadence de production. Mais le problème c’est qu’on doit composer avec les défis de la chaîne d’approvisionnement au niveau mondial. On est pris à attendre après des pièces», souligne M. Landry.

Celui-ci s’attendait à terminer l’année avec une production d’environ douze Landrich. En raison des difficultés du déménagement et de l’approvisionnement difficiles de certaines composantes, ce nombre a été revu légèrement à la baisse. En 2020, la moyenne de production se chiffrait à cinq engins. Pour l’an prochain, le cap a été fixé à 16. Il est de 25 pour 2025.

«On va y aller avec la capacité du marché. Un jour, peut-être qu’on en fera 100», ajoute M. Landry.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle