Le Restigouche entend bien devenir un joueur plus présent et coriace sur l’échiquier touristique néo-brunswickois.

«Vivez l’enchantement de nos quatre saisons».

La CSR-Restigouche vient de dévoiler sa nouvelle image de marque en matière de tourisme, une vision qui mise sur la diversité des produits offerts et ce, tout au long de l’année.

Avec la réforme municipale, les commissions de services régionaux ont pris sous leur aile une partie de la promotion touristique de leur région respective.

L’Office du tourisme du Restigouche a ainsi vu le jour au début de l’automne. L’organisme sera piloté par la CSR ainsi que par un comité consultatif comprenant une douzaine de membres, parmi lesquels des élus, des gens de la communauté et des intervenants touristiques.

À la tête de cette nouvelle structure, on retrouve Brian Landry, un directeur d’école à la retraite.

«Les attentes sont élevées envers le tourisme ici, et elles se doivent aussi de l’être. Notre rôle à nous, c’est de mettre sur pied la fondation sur laquelle rebâtir cette industrie pour les années à venir», explique-t-il, notant au passage que le mandat de l’office vise non seulement à faire connaître la région, mais aussi à offrir de l’appui aux opérateurs touristiques.

M. Landry l’avoue par ailleurs, il y a toute une mentalité à changer au sein de la population.

«Nous devons augmenter notre propre sentiment de fierté envers notre région afin de pouvoir passer cette vibes aux touristes. Le tourisme, ce n’est pas que pour les gens de l’extérieur. Nos citoyens doivent également s’approprier ce qu’il y a dans leur cours», dit-il.

Jeudi lors du lancement officiel de l’office du tourisme, le président de la CSR-Restigouche, Brad Mann, a souligné qu’à son avis, la région est passée à côté de nombreuses occasions touristiques au cours des dernières années, et particulièrement au chapitre du tourisme hivernal.

Ce point de vue est partagé par son confrère Jean-Guy Levesque, responsable du comité du tourisme au sein de la CSR-Restigouche. Selon lui, la région a pris un retard considérable sur le reste de la province et un coup de barre important s’imposait.

«On est dans le creux de la vague et on a sérieusement besoin de se relever, car on est persuadé d’avoir un produit de qualité à proposer, mais on passe malheureusement trop souvent à côté de l’occasion de le faire découvrir. Il faut que l’on travaille sur l’attraction des touristes tout comme leur rétention», estime-t-il.

Pour renverser la vapeur, la CSR-Restigouche s’est donné les moyens de ses ambitions. Elle a commencé par pratiquement décupler le budget alloué au tourisme, le faisant passer de 25 000$ à un peu plus de 200 000$ pour cette année. Cet argent servira notamment à accentuer la promotion et la visibilité touristique, mais aussi à l’embauche d’une employée permanente pour le tourisme (Marilyn Saucier), une lacune importante depuis de nombreuses années.

«Les budgets touristiques chez nos voisins, c’est 300 000$ à 400 000$. On ne peut pas rivaliser avec un budget de 25 000$ et espérer atteindre des résultats similaires. Nous n’avions pas non plus une véritable structure organisationnelle, ce qu’on vient aussi de régler. On aura donc désormais un bon budget, un comité consultatif et une personne à temps plein pour mousser le tourisme chez nous. On prend ce mandat très au sérieux», indique M. Levesque.

Parmi les actions concrètes envisagées à court terme, des panneaux seront installés au printemps aux extrémités de la zone desservie par la CSR-Restigouche, aux abords des deux ponts interprovinciaux liant la région à la Gaspésie, ainsi que sur l’autoroute transcanadienne près de la sortie routière de Saint-Léonard.

«On se doit d’être visible, que les gens qui voyagent sachent où ils sont ou comment nous trouver facilement», note M. Levesque.

L’Office du tourisme du Restigouche travaille également à peaufiner son site web ainsi que son guide touristique, un outil de promotion qui, selon plusieurs intervenants touristiques, demeure toujours pertinent.

À noter que bien que la communauté de Saint-Quentin fasse partie du Restigouche, elle n’est pas incluse pour le moment dans cette initiative touristique puisqu’elle siège à la table de la CSR Nord-Ouest.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle