L’opposition libérale à Fredericton estime que le gouvernement doit mieux prendre soin de la santé mentale des détenus afin de diminuer le risque de récidive.

Le manque de services en santé mentale dans les prisons provinciales a fait l’objet d’un rapport de la vérificatrice générale Kim Adair-Macpherson en 2018.

Rob McKee, chef de l’Opposition officielle libérale, déplore que les détenus dans les prisons provinciales n’ont pas le même niveau de soins en santé mentale et en toxicomanie que ceux qui se trouvent dans des prisons fédérales.

«Il faut traiter [ceux] qui vont en prison, mais leur donner une chance de se rétablir soit des dépendances de la drogue ou bien leur donner [les] soins dont ils ont besoin, et ça réduit le taux de récidive.»

Selon Rob McKee, de meilleurs soins en santé mentale et en toxicomanie dans les prisons provinciales réduiraient la criminalité.

En 2018, la vérificatrice générale a souligné que le N.-B. figure parmi les provinces les moins efficaces en termes de traitements offerts aux détenus de ses prisons provinciales.

Selon son rapport, une personne qui a des problèmes de santé mentale ou une dépendance à la drogue cesse de recevoir des soins lorsqu’elle est incarcérée. Bien souvent, les détenus sortent de prison sans avoir reçu de traitement, selon ce qu’elle a écrit à l’époque.

Selon un suivi effectué en novembre 2022 par le bureau du vérificateur général, 10 des 17 recommandations avaient été mises en œuvre.
Ce rapport semble indiquer que les individus qui sont identifiés comme ayant des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie peuvent être référés à un professionnel de la santé mentale.

Toutefois, l’une des recommandations qui n’avaient pas été mises en œuvre en novembre était la mise en place d’un outil de dépistage de ces problèmes de santé lors de l’admission à l’établissement correctionnel.

Selon la réponse du ministère en 2022, un tel outil avait été mis à l’essai, mais il n’avait pas encore été adopté dans toutes les institutions.

L’Acadie Nouvelle a contacté les ministères mardi après-midi pour savoir s’ils ont fait des progrès sur ce dossier depuis novembre, mais nous n’avons pas reçu de réponse avant notre heure de tombée.

Une réunion du comité des comptes publics à l’Assemblée législative, qui se serait penché sur ce rapport, a été annulée par le ministère mardi. On ignore si elle sera reportée.

Rob McKee affirme qu’il aurait aimé demander au ministère quand les recommandations manquantes seront complétées.

Le député reconnaît qu’il y a eu des améliorations depuis le rapport de 2018, mais il estime tout de même que les soins pourraient être améliorés pour les détenus.

«En réalité, ils sont là pour moins de deux ans, c’est ça le système provincial, mais même de six mois à deux ans, on devrait leur donner un peu plus pour qu’ils aient réellement la chance de se rétablir.»

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle