IJL – Réseau.Presse – Acadie Nouvelle

Malgré sa disparition lors d’un incendie qui a marqué la communauté, l’église Saint-Timothée de Shemogue ne sera jamais oubliée.

Regroupés sous un même toit, une chapelle et un musée sont actuellement en voie de construction sur le site même de l’ancienne église paroissiale qui a complètement brûlé en décembre 2021.

Les travaux ont débuté en septembre 2022. L’édification du nouveau bâtiment d’une superficie de 22 pieds par 30, soit 6,7 mètres par 9,1, a été rendue possible grâce à l’initiative d’un groupe représentant différents comités et citoyens de la communauté.

Plusieurs éléments qui se trouvaient dans l’église incendiée ont été sauvés et se retrouveront à l’intérieur du futur bâtiment qui se veut un lieu de recueillement.

Par exemple, l’autel de l’église sera au cœur de la chapelle. «On a une grande peinture de saint Jean-Baptiste qui va être exposée», informe Roseline Cormier. Elle et Patricia LeBlanc sont co-présidentes du comité de construction du nouveau bâtiment. Elles ont aussi l’intention d’exposer les fonts baptismaux, utilisés pour bénir les bébés, à côté de la peinture de saint Jean-Baptiste.

Une bannière avait été confectionnée de toutes pièces par les dames de Shemogue lors de la visite du pape Jean-Paul II à Moncton en 1984. «C’est une bannière piquée à la main. C’est le portrait de l’église. Elle est vraiment belle», explique Roseline Cormier. La pièce a été sauvée du feu et sera installée sur l’un des murs de la nouvelle bâtisse.

Deux bancs d’une longueur de sept pieds (2,1 m) seront placés à l’intérieur pour permettre aux visiteurs de se recueillir.

«Ça va quand même être un musée, admet Mme Cormier. Ils ont l’intention d’avoir un coin où l’on parlerait de nos vétérans, un autre coin pour nos pêcheurs. On a perdu plusieurs pêcheurs à la grande mer ici au cours des années. Il y aura possiblement un coin généalogique pour les familles fondatrices de la paroisse.»

Puisque la paroisse Saint-Timothée deviendra inexistante, la communauté souhaite sauver le nom. Ainsi, le futur lieu de visite sera désigné sous le nom de musée Saint-Timothée.

À l’extérieur, on retrouvera la cloche de l’église Saint-Timothée d’un côté, et une nouvelle attraction de l’autre. «Il y a le monument qui s’en vient, en granite noir de l’Inde», indique la porte-parole. L’esquisse de l’église originale de Saint-Timothée de Shemogue apparaîtra sur cet ouvrage actuellement fabriqué à Sainte-Marie-de-Kent.

L’œuvre d’une grandeur approximative de quatre pieds par cinq sera installée au printemps, devant la nouvelle chapelle. Avant d’en arriver là, il y aura du travail à faire sur le parterre extérieur.

 

Rebâtir

Les paroissiens de Shemogue ont maintenant pris l’habitude d’aller à la messe à l’église de Cap-Pelé qui se trouve à une dizaine de minutes de route. «On a une messe spéciale pour les paroissiens de Shemogue à 9h le dimanche à Cap-Pelé», exprime Patricia LeBlanc.

«Lorsqu’on va à cette messe, on reconnaît nos voisins. L’église, c’est un coin de rassemblement», ajoute l’autre co-présidente. «Le lendemain du feu, on était 17 autour de la table, on était tous à-bas», confie Roseline Cormier.

«J’ai dit cette journée-là et je le redis encore, je crois que la décision était déjà faite pour nous», avoue-t-elle.

Selon Patricia LeBlanc, le projet est entièrement financé par les assurances à la suite de l’incendie de l’église paroissiale. Une autre partie de l’argent servira à l’entretien du cimetière se trouvant juste derrière le nouveau bâtiment.

Plutôt que de construire une autre église, Mme LeBlanc croit elle aussi que le projet retenu servira mieux la communauté.

L’inspiration pour le projet actuel vient d’Adamsville, dans le comté de Kent. L’église de cette paroisse dédiée également à Saint-Timothée n’existe plus. Les gens de l’endroit ont construit une chapelle. Roseline Cormier et son mari se sont rendus à Adamsville pour constater par eux-mêmes. «C’est de toute beauté cette chapelle», énonce-t-elle.

Un bon jour, son fils ingénieur lui a téléphoné pour lui dire: «Mam, ouvre ton ordinateur. Je t’ai envoyé de quoi.» Elle a regardé l’envoi de son fils et a commencé à pleurer. «Il avait envoyé un plan d’une chapelle», dévoile-t-elle.

Le plan a été changé six fois avant d’en arriver au choix final. Aucune messe, mariage ou funérailles ne seront célébrés dans le nouveau lieu de recueillement.

Le nouvel établissement devrait être prêt au plus tard en mars. Les deux fières Acadiennes aimeraient procéder à son ouverture officielle pour le 15 août, fête de l’Acadie.

«Veux-veux pas, Acadien et Acadienne qu’on est, la religion a tout le temps été une grande partie de notre vie», déclare Roseline Cormier.

Les pompiers, ces héros

Les co-présidentes sont très reconnaissantes envers la bravoure des pompiers qui ont combattu le brasier en décembre 2021. Ces derniers ont sauvé plusieurs éléments qui se trouvaient dans l’église au moment de l’incendie.

Entre autres, le tabernacle a été sauvé, ainsi que tous les objets qui se trouvaient sur l’autel. Ils ont également récupéré le chemin de la croix aménagé sur les murs intérieurs de l’église, sauf pour la dernière station car c’est à cet endroit que l’incendie aurait pris naissance.

Les pompiers ont mis la main sur l’avant dernière station du chemin de croix qui était littéralement en feu.

Par ailleurs, le premier chemin de croix original a été retrouvé au sous-sol de l’église après l’incendie.

La chaire qui se trouvait dans l’église est restée intacte. Elle pourrait elle-aussi se retrouver à l’intérieur de la nouvelle chapelle.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle