Pays de la Sagouine: les légendes sortiront du grenier

BOUCTOUCHE – Pour la première fois, le Pays de la Sagouine propose un spectacle de légendes acadiennes avec Sylvio A. Allain. Un voyage entre la fiction et la réalité, estime le metteur en scène René Poirier.

La première de ce tout nouveau spectacle, est présentée ce soir à 20 h. Sylvio A. Allain de Bouctouche, conteur bien connu dans la région et jeune retraité de l’enseignement, montera sur la scène du Hangar. Cette salle de 70 places est idéale pour ce genre de spectacle, souligne René Poirier. Le directeur artistique du Pays de la Sagouine qui signe la mise en scène, a voulu laisser toute la place au conteur de légendes.
«C’est la première fois que je me retrouve dans cet univers de légende et je me suis senti comme au service de Sylvio. J’ai voulu prendre son univers, respecter ça et lui donner un espace où il peut être à l’aise et en union avec le public», déclare René Poirier.
Celui-ci a choisi comme décor de recréer un grenier. Sylvio A. Allain invite donc le public dans son grenier au milieu de quelques vieilleries. René Poirier explique que le spectacle, conçu en deux parties, passe des légendes traditionnelles acadiennes comme le diable à la danse, aux légendes modernes et finalement, à celles qui sont en devenir. Le metteur en scène précise que Sylvio A. Allain a une façon bien personnelle de raconter ses histoires.
«Ce sont ses histoires très personnelles, des choses qu’il a vécues ou que les gens lui rapportent. Ce n’est pas spectaculaire, mais c’est unique, particulier et c’est divertissant. C’est un moment où l’on nous parle», mentionne-t-il.
Sylvio A. Allain a en quelque sorte un peu suivi les traces de son père qui était aussi un conteur. En plus de cela, il semble qu’il posséderait des qualités de médium. Toutefois, il se défend bien d’être un chasseur de fantômes. Il n’est pas rare de voir des gens venir lui parler d’histoires de maison hantée à la fin d’une représentation. Comme l’indique René Poirier, le conte appartient à la fiction, tandis que l’univers des légendes s’inspire davantage de la réalité ou d’expériences vécues.
«Avec les légendes, on vacille toujours entre les deux. À la fin de la première partie, le public va se rendre compte qu’on s’en va vraiment vers la réalité. Dans la deuxième partie, on entre de pleins pieds dans des événements qui sont arrivés au conteur, ce qui nous permet de comprendre d’où partent les légendes. On ne sait plus si on est dans la théâtralité ou dans un fait vécu.»
René Poirier indique qu’ils ont créé ce spectacle sans texte. Toutes les légendes sont issues de la tradition orale.
«C’est une soirée de conte, mais pendant laquelle on se demande si nous sommes dans un monde réel ou imaginaire. Si on n’arrive pas à répondre à la question, ce n’est pas grave», ajoute René Poirier.

En bref… Les légendes acadiennes sont présentées les mardi et jeudi du 21 au 30 juillet et du 4 au 20 août…