Un Caraquet en Bleu dangereusement blues

CARAQUET – Le Caraquet en Bleu se veut plus blues que jamais pour sa 7e édition, qui aura lieu du 9 au 12 septembre. Au programme, de grosses pointures, dont Sonny Landreth, Harry Manx, Susie Arioli, Dawn Tyler Watson et Paul Deslauriers.
Suzie Arioli ouvrira le Caraquet en Bleu le 9 septembre, à 20 h, au Centre culturel de Caraquet. La venue de la Canadienne ajoute une petite touche jazz au festival, une couleur différente proposée par les responsables du programme de Capitale culturelle du Canada ainsi que par quelques personnes du public, a précisé, hier, la coordonnatrice du Caraquet en Bleu, Marjolaine Hébert, peu après le dévoilement de la programmation au Centre culturel.
Le bluesman canadien Harry Manx transportera son blues planant au Carrefour de la mer le 10 septembre, à 20 h. Le bluesman est surnommé le «lien essentiel» entre la musique orientale et occidentale, son blues étant parsemé de sonorités indiennes et musique du monde. Il sera précédé du trio Monkey Junk. Le trio a été en nomination pour un Maple Blues Award dans la catégorie meilleur nouvel artiste, au printemps 2008, après seulement… six mois d’existence.
La soirée du 11 septembre verra réapparaître la surprenante Theresa Malenfant sur la scène du Caraquet en Bleu, elle qui avait participé à la toute première édition du festival, en septembre 2003. Elle partagera la scène avec le groupe Cat Bones, de Bathurst, et The Carson Downey Band, de la Nouvelle-Écosse. La soirée commencera à 20 h, au Carrefour de la mer.
Plus tôt durant la journée, sur la scène extérieure du Carrefour de la mer, les amateurs de blues pourront assister au deuxième volet communautaire de l’histoire du Caraquet en Bleu, avec la présentation des spectacles des groupes Electric Mode, KéroZen et Les Gnous taciturnes.
Le samedi 12 septembre laissera place à la découverte du bluesman français d’origine camerounaise Roland Tchakounté, dont la musique est une synthèse entre le Mississippi blues et les chants profonds d’Afrique. Le bluesman chante en outre dans sa langue natale, le bamiléké. Il sera suivi d’une habituée du festival, Dawn Tyler Watson, et du guitariste Paul Deslauriers. La première en est à sa troisième participation au Caraquet en Bleu; le second était venu une première fois en 2007.
Mais le clou de la soirée sera sans nul doute la présence de Sonny Landreth, considéré par plusieurs comme le meilleur guitariste au monde et par Eric Clapton comme «le musicien le plus sous-estimé de la planète». La soirée commencera elle aussi à 20 h, au Carrefour de la mer. Un spectacle plus ou moins formel clôturera le Caraquet en Bleu à La Grande Maison, à la fin de la soirée.
En sept ans, Marjolaine Hébert constate que le Caraquet en Bleu a bien mûri. Lentement, le blues a fait son chemin dans les oreilles locales et suscite de plus en plus de curiosité à l’extérieur.
«J’ai reçu des appels du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de Baie-Comeau, de Carleton et même de la Californie! Le public que nous sommes allés chercher au fil du temps nous est acquis. On continue de bâtir», a exprimé Marjolaine Hébert.
Le fait que le Caraquet en Bleu ait rejoint La Route du Blues tout récemment risque d’avoir une incidence à plus long terme sur la quête de nouveau public et la venue d’autres gros noms du blues.
«On ne sait pas encore quel impact ça va avoir. Mais une chose est sûre, je travaille beaucoup avec le Festival de blues du Mont-Tremblant. C’est notamment l’un des responsables qui m’a servi de lien pour inviter Sonny Landreth. Et puis, j’espère pouvoir leur envoyer un ou deux groupes de blues locaux émergents, KéroZen par exemple», a souligné Marjo­laine Hébert.
Les passes festi-blues du Cara­quet en Bleu sont présentement disponibles à la Billetterie Accès.