La meilleure Revue acadienne en 10 ans

MONCTON – La troupe de la Revue acadienne a entrepris sa tournée en beauté. La première à la salle Jeanne-de-Valois de Moncton a été acclamée par le public, vendredi soir.

Les cinq comédiens et auteurs ont passé en revue l’actualité de l’année avec un humour parfois mordant et délirant. Bien que certains thèmes aient aussi figuré au menu de l’émission spéciale de fin d’année, diffusée le 1er janvier, le traitement est très différent dans le spectacle.

Il y a plus de chansons, de musique, de numéros et on se permet aussi parfois de marier plusieurs sujets dans un même sketch. En deux heures, les comédiens peuvent s’étendre davantage sur certains thèmes et je dois dire que le spectacle, qui a presque fait salle comble, m’a paru plus drôle. Sur scène, il y a toute l’interaction avec le public qui joue un rôle important.

Pour ce dixième anniversaire, beaucoup de personnages sont de retour, comme le très enflammé Yvon Godin incarné par Robert Gauvin, Wilfred Le Bouthillier joué par Samuel Chiasson, la Sagouine personnifiée par André Roy, Marie-Jo Thério interprétée par Mireille Blanchard ou encore l’incontournable Cayouche que campe avec brio Jean-Sébastien Levesque. Des sujets qui touchent différentes régions de la province, dont plusieurs de la Péninsule acadienne, sont abordés dans cette revue. L’expansion de la Coop de Caraquet, Louis Mailloux, les multiples projets de Jac Gautreau, les Conservateurs du Madawaska et ainsi de suite. Les sketchs sont entrecoupés de projections vidéo toujours aussi pertinentes.

«Je trouve que c’est vraiment merveilleux. Les mêmes personnages reviennent année après année et ils sont toujours à jour avec l’actualité», a souligné une spectatrice, Christine Allain.

Selon certains spectateurs, il s’agit du meilleur spectacle de la Revue acadienne en dix ans.

«Je pense qu’il est fantastique. Ça fait quelques années que je les suis et c’est le meilleur en dix ans», a affirmé Mathieu Lewis.

«C’est vraiment bien. J’ai vu plusieurs spectacles de la revue et je peux dire que c’est mon préféré à ce jour. La foule est vraiment dedans», a exprimé Karine Arseneau.

Dans cette revue qui s’intitule Pour le meilleur et pour le pire, il est question notamment du mariage royal et de la langue.

Les médias ne sont pas épargnés, avec des blagues notamment sur la campagne d’abonnement de l’Acadie Nouvelle et les iPad ou encore la forte présence du Québec et de Montréal à Radio-Canada. Pendant le spectacle, saint Pierre incarné par Jean Sébastien Levesque accueille au ciel quelques illustres personnages comme Jack Layton, Oussama ben Laden et Kadhafi. La revue se moque également du premier ministre Stephen Harper, de Star Académie et du concours Accros de la chanson. Parmi les moments forts du spectacle, mentionnons, entre autres, le numéro sur le conflit de travail à Air Canada, et lorsque Sol (Robert Gauvin) vient nous parler de la pensée écologique versus la pensée économique, ainsi que le cours de parlure québécoise 101. Ce numéro met en scène un comédien acadien qui essaie d’apprendre la langue québécoise afin de pouvoir jouer au théâtre en Acadie.

La Revue acadienne sera en tournée au Nouveau-Brunswick jusqu’au 10 février.