Un Ciné-Lumière qui promet!

CARAQUET – Les cinéphiles du nord-est de la province auront de la bobine à se mettre sur la pupille, du 16 janvier au 5 avril, avec la tenue d’un autre festival Ciné-Lumière.

Année après année, c’est environ une centaine de fidèles qui se procurent des cartes de membre pour ce festival présentant du cinéma de répertoire sur près de trois mois, au Cinéma du Centre, à Caraquet.

Selon la porte-parole, Louise Blanchard, l’objectif est de présenter des films en provenance de plusieurs pays et de genres variés, allant du drame au thriller, en passant par la biographie, le documentaire et la comédie dramatique.

Des œuvres cinématographiques qui souvent ne sont pas disponibles dans la région et qui amènent les cinéphiles ailleurs, expose-t-elle.

«Je pense qu’avec la variété et la qualité de films que nous avons, nos membres vont se laisser surprendre, aller dans d’autres zones qui suscitent la curiosité et l’éveil culturel», propose-t-elle.

Les 12 films du festival 2012 feront voyager les amateurs du 7e art en Espagne (La peau que j’habite, de Pedro Almodovar), en Angleterre (Anonyme, de Roland Emmerich), au Danemark (Mélancolie, de Lars Von Trier), en Belgique (Le gamin au vélo, de Jean-Pierre Dardenne) et en Iran (Une séparation, d’Asghar Farhadi).

La France n’est bien sûr pas en reste, avec cinq productions cinématographiques.

De gros noms du cinéma sont aussi de mise, avec les réalisateurs Almodovar, Trier, Klapish et Wenders, en plus des comédiens Antonio Banderas, Vanessa Redgrave, Romain Duris, Catherine Deneuve, Cécile de France, ainsi que Daniel Auteuil, qui assure également la réalisation du film La fille du puisatier, qui le met en vedette.

Ciné-Lumière existe depuis près de 15 ans pour répondre aux besoins des cinéphiles de la région désirant un autre cinéma.

L’événement a également permis d’instaurer des habitudes auprès des amateurs, qui ont été initiés à d’autres styles, mais aussi au Cinéma du Centre, qui projette maintenant de ces films, par moments, d’ajouter Louise Blanchard.

À cet effet, Mme Blanchard aimerait que plus de jeunes profitent de ce festival; c’est pourquoi les représentations des jeudis, à
17 h, sont gratuites pour les 12 à 18 ans.

Les laissez-passer (40 $ pour 10 films) sont disponibles au bureau de la société culturelle Centr’Arts, au Cinéma du Centre, ainsi qu’à la Librarie Pélagie.

Tous les détails de la programmation sont disponibles sur le web (www.centrartnb.ca).