Une première réussie pour le Big Band Theory

MONCTON – Dix-neuf musiciens conjuguent leurs talents pour une prestation de jazz d’une rare envergure en Acadie. François-Olivier Fortin et le Big Band Theory en ont mis plein les yeux et les oreilles de leurs spectateurs, samedi, et ils ont l’intention de récidiver.

Saxophoniste originaire du Québec, François-Olivier Fortin s’est installé à Bouctouche en septembre pour y enseigner la musique le temps d’un semestre à l’École secondaire Clément-Cormier.
«L’idée de venir en Acadie, de rencontrer ses gens, de découvrir, c’était très attrayant», raconte-t-il.

À la recherche de partenaires pour pratiquer son art et sa passion, le jazz, l’enseignant a saisi au vol le mois dernier l’occasion de créer son propre big band, quelque chose de plutôt rare dans la région.

«J’ai commencé une page sur Facebook, nous étions trois personnes. Les jours passaient puis s’ajoutait quelqu’un d’autre, puis un autre et encore un autre. En moins de deux semaines, nous avions créé un ensemble avec tous nos musiciens», explique M. Fortin.

«Nous avons pratiqué la semaine dernière et tout de suite nous nous sommes rendu compte que nous avions quelque chose d’intéressant entre les mains parce que le niveau musical était très bon et que la générosité des musiciens était présente», révèle le directeur musical.

Ils étaient 19 musiciens samedi soir sur la scène du café l’Osmose de l’Université de Moncton, dont Brian Coughlan, Roland Bourgeois, Jesse Mea, Charlie Goguen et Glen Deveau.
Les Acadiens «seraient très portés vers le jazz», estime M. Fortin.

«C’est la question que je me pose. Depuis que je suis arrivé, j’ai rencontré une majorité d’Acadiens, une majorité de francophones qui voulaient jouer du jazz. Il y en a même plus qui voulaient jouer (samedi soir), mais ils avaient des engagements. Nous avions le choix des musiciens ce qui est assez remarquable», note-t-il.

Pour son premier spectacle, The Big Band Theory (inspiré du nom de la sitcom américaine The Big Bang Theory) a interprété des morceaux de Miles Davis, Norman Whitfield, Gerry Mulligan, Chuck Mangione et plusieurs autres.

L’orchestre était composé entre autres de cinq saxophonistes, d’autant de trompettistes et de quatre trombonistes.

Après une première performance de plus d’une heure trente devant un public visiblement comblé, François-Olivier Fortin a manifesté le désir de répéter l’expérience malgré toute l’organisation nécessaire pour réunir autant de musiciens sur la même scène.

«Nous espérons pouvoir continuer, mais c’est très, très difficile de trouver du temps et des ressources pour le faire. Il y a définitivement quelque chose qui se passe entre les musiciens et nous allons travailler pour que ça continue», indique M. Fortin.

«Je dois être bien ‘’timé’’ avec ce projet-là parce que les musiciens ont d’autres engagements. Mais si j’attends trop longtemps avant de refaire l’expérience, peut-être que ça va se perdre un peu», prévient-il.