La magie Deep Purple opère toujours

MONCTON – Les têtes sont peut-être grisonnantes, mais l’enthousiasme y est toujours. La légende de Deep Purple a été racontée samedi soir au Casino du Nouveau-Brunswick.

Même s’ils ont pour la plupart dépassé le cap de la soixantaine, Ian Gillan, Roger Glover, Steve Morse, Don Airey et Ian Paice n’ont pas oublié comment divertir leur auditoire.

Les sourires accrochés à leurs visages suffisent pour nous convaincre que, 100 millions d’albums plus tard, les cinq musiciens s’amusent et s’éclatent toujours sur scène.

Dès les premières mesures du classique Highway Star, le public est conquis.

Un public d’environ 1000 spectateurs, puisque cette date du 4 février a été ajoutée en toute hâte, après que les 1850 billets pour le spectacle de lundi soir ont trouvé preneur en seulement quelques heures.

Parmi les inconditionnels dans la salle samedi, on retrouve le claviériste du groupe de blues Glamour Puss, Don Rodgers, un ami de Don Airey depuis plusieurs années.

«Je lui ai vendu des pièces de synthétiseur il y a sept ou huit ans et nous sommes demeurés en contact depuis», souligne celui qui joue également du saxophone au sein du groupe fondé par Ronald Dupuis.

«J’adore Deep Purple depuis Smoke On The Water, en 1973. J’écoute encore régulièrement Machine Head», confie-t-il, quelques minutes avant le spectacle.

Don Rodgers aura évidemment droit à son classique, en plus de pièces plus obscures, comme When A Blind Man Cries ou No One Came.

Les pièces s’enchaînent à un rythme infernal. Comme l’a indiqué Don Airey lors d’une entrevue la semaine dernière, «on donne un spectacle rock, pas une soirée de cabaret».

Malgré un pied dans le plâtre, le chanteur Ian Gillan dirige les opérations de main de maître. Strange Kind of Woman, Woman From Tokyo et Perfect Strangers s’enchaînent rapidement.

Chaque musicien a droit à son solo, dont le claviériste Don Airey qui nous réserve même un extrait de Mr Crowley, une pièce qu’il a composée avec Ozzy Osbourne en 1980 pour Blizzard Of Ozz.
Airey a d’ailleurs droit à toute une introduction de Ian Gillan, qui le présente comme «le prochain roi du Danemark», un humour typique de celui qui a également tenu le micro pour Black Sabbath, de 1983 à 1985.

La qualité des performances musicales et l’imposant système d’éclairage ont finalement raison des plus récalcitrants.
Pour les rappels de Hush et de Smoke On The Water, les spectateurs se retrouvent pour la plupart massés devant la scène.

La magie du «Pourpre profond» a encore opéré.

Deep Purple terminera sa tournée canadienne de 17 spectacles le 26 février, à Vancouver.

Les cinq membres se retrouveront ensuite en studio pour l’enregistrement d’un nouvel opus (leur 19e) qui devrait paraître à l’automne, le premier depuis Rapture Of The Deep, en 2005.