Le mariage du classique et du hip-hop acadien

MONCTON – Une centaine de musiciens, chanteurs et choristes se retrouveront sur la scène du Centre Wesleyan, à Moncton, samedi soir, afin de présenter le concert Radio Radio Orchestre Orchestra, sous la direction du chef Antonio Delgado.

À quelques jours de ce concert unique de l’Orchestre des jeunes du Nouveau-Brunswick (OJNB) et du trio hip-hop acadien Radio Radio, une certaine fébrilité règne parmi les musiciens. La clé du succès réside dans «la pratique, la pratique et encore la pratique», a déclaré le percussionniste et gérant de l’orchestre, Joey Roy. La préparation est la même, sauf que le résultat risque d’être assez étonnant.

Le contrebassiste Sébastien Sirois, d’Edmundston, et étudiant en musique à l’Université de Moncton est enthousiaste. C’est inusité comme fusion musicale, de marier la musique classique et le hip-hop. Certains artistes de la scène populaire, rock ou blues, comme Matt Andersen, ont déjà joué avec un orchestre symphonique.

«Souvent, ça fait ressortir le côté émotionnel des pièces», a affirmé Sébastien Sirois, membre de l’OJNB depuis un an.

Même s’ils ont les partitions depuis un certain temps et qu’ils répètent de façon individuelle et en section, lorsqu’ils se retrouveront sur la scène avec l’ensemble des 75 musiciens, les 24 choristes et les trois membres de Radio Radio, cela pourrait être surprenant pour eux aussi.

«Comparé à du Beethoven qu’on joue d’habitude, ça groove un peu plus», a souligné le contrebassiste.

L’Orchestre des jeunes du N.-B., accompagné d’un chœur de 24 étudiants en musique de l’Université de Moncton préparé par Monique Richard, interprétera six pièces de Radio Radio, dont une toute nouvelle chanson inédite.

Les musiciens, qui proviennent de toutes les régions du Nouveau-Brunswick, arrivent à Moncton vendredi. Des répétitions sont prévues en soirée et durant la journée de samedi. Les chansons de Radio Radio ont été réarrangées pour orchestre, précise Joey Roy.

Le percussionniste Jolain Goulette, de l’OJNB, et étudiant en musique à l’Université de Moncton est curieux du résultat, bien qu’il était un peu sceptique au début.

«Je pense que ça va apporter une autre dimension aux chansons, plus que seulement avec l’électronique. Je suis un peu comme le monde qui a acheté des billets parce que j’ai hâte de voir ce que ça va donner», a mentionné Jolain Goulette.

Pour les musiciens, les pièces de Radio Radio sont un peu plus faciles que les autres œuvres inscrites à leur répertoire.

L’orchestre des jeunes interprétera aussi des œuvres de son répertoire. Le programme varié comprend, entre autres, Roméo et Juliette de Tchaïkovski, Guillaume Tell de Rossini, un extrait de Carmen de Bizet et un pot-pourri de mambo. Au dire des musiciens, c’est un programme rythmé. Il faut dire que le directeur musical, Antonio Delgado, originaire du Venezuela, en poste depuis trois ans, aime teinter ses programmes de sonorités chaudes du Sud. Il est reconnu pour son dynamisme et son sens de la rigueur.

«Il pousse les musiciens à donner leur meilleur, à emmener la musique le plus loin possible. Il ne se satisfait pas d’un produit médiocre», a ajouté Joey Roy.

L’OJNB rassemble des musiciens âgés de 12 à 23 ans.

Le concert est présenté à 19 h au Centre de célébration Wesleyan.