Un premier minialbum pour les Hôtesses d’Hilaire

MONCTON – Connaissez-vous Les Hôtesses d’Hilaire? Cette formation qui roule sa bosse depuis deux ans fait paraître cette semaine un premier enregistrement numérique de quatre chansons. Difficilement classable, le groupe de rock alternatif s’inscrit bien dans cette nouvelle vague de musique acadienne.

La formation basée à Moncton, qui est passée de quatre à cinq membres cet hiver, regroupe des musiciens originaires de la Péninsule acadienne et du sud-est du Nouveau-Brunswick. Ils espèrent que cette première carte de visite, qui annonce bien leurs couleurs, leur ouvrira des portes. Leur minialbum sera disponible en format numérique.

L’Acadie Nouvelle a rencontré le groupe dans un café à Moncton cette semaine. Une belle complicité se dégage entre les musiciens, qui ne manquent certainement pas d’humour. Pas facile de gagner sa vie comme «rock star» en Acadie, soulèvent-ils avec un brin d’ironie. Ils occupent tous un autre emploi.

«Tout l’argent de notre musique a été réinvesti dans Les Hôtesses d’Hilaire, les spectacles et les déplacements. On a hâte que Production J produise un Star Académie pour les groupes», a lancé à la blague le chanteur du groupe, Serge Brideau, aussi ambulancier qui, plus sérieusement, précise qu’ils visent plutôt une carrière indépendante.

«Le rêve ultime ce serait de faire ça à temps plein et de pouvoir vraiment se concentrer sur la musique et écrire. J’ai un paquet d’idées sur mon enregistreuse», a poursuivi Serge Brideau, qui se dit inspiré par la politique et le développement urbain de l’Acadie en ce moment.

Pour produire ce premier enregistrement numérique, la formation, qui a reçu une bourse de Musicaction, a fait appel au réalisateur québécois Jean-Philippe Fréchette, alias Navet Confit, qui a réalisé plusieurs albums de groupes alternatifs du Québec. Michel Vienneau raconte qu’ils ont rencontré le réalisateur lors des demi-finales du Festival international de la chanson de Granby, l’automne dernier.

«C’était une belle expérience. Nous voulions travailler avec quelqu’un d’autre pour avoir un autre regard. Ça allait bien avec notre style et il a fait un travail impeccable», a indiqué Serge Brideau.

Au cours des derniers mois, Les Hôtesses d’Hilaire se sont concentrés sur la création et les arrangements de leurs chansons. L’ingé­nieur de son et claviériste Léandre Bourgeois s’est joint au groupe cet hiver.

«J’avais pris un break de jouer de la musique et ça me tentait de recommencer, et j’ai décidé de continuer avec le groupe», a raconté Léandre Bourgeois.

Le disque comprend les titres suivants: Gris, L’asthmatique, Edmonton à Montréal, ainsi que Suzie, premier extrait qui a été lancé sur les radios. Il s’agit d’une chanson à saveur printanière sur une mélodie de Mico Roy. Ils écrivent la plupart de leurs chansons en groupe, en bâtissant les pièces autour des idées d’un peu tout le monde. Leurs influences musicales sont nombreuses, mais ils confient que le rock des années 1970 les a marqués particulièrement.

Le lancement officiel a lieu au bar l’Igloo, mercredi, à 21 h. Leur minialbum est disponible sur le site web Bandcamp et il le sera un peu plus tard sur iTunes. Des clés USB comprenant des photos, les paroles des chansons et une surprise seront aussi en vente lors du lancement. Le groupe projette d’enregistrer un album complet l’automne prochain. Il sera aussi en spectacle à la Semaine de la musique de la côte Est, à Moncton, le jeudi 12 avril, au bistro Tide and Boar.



Pour écouter le mini-album des Hôtesses d’Hilaire:
http://leshotessesdhilaire.bandcamp.com/