L’Acadie laisse sa marque au Salon international du livre de Québec

DIEPPE – Les auteurs France Daigle et Chedly Belkhodja, de Moncton, sont couronnés du prix Champlain, au Salon international du livre de Québec.

France Daigle a reçu cette distinction dans la catégorie Fiction pour son plus récent roman, Pour sûr, paru en 2011 aux Éditions du Boréal. «Comment ne pas être contente quand on reçoit un prix, et celui-là doublement parce que disons que je sens qu’il (le jury) a saisi le propos et toute la question de la langue. Ça me fait plaisir qu’on ait peut-être reconnu la complexité de la langue en Acadie», a déclaré en entrevue France Daigle, qui s’apprête à vivre deux semaines riches en activités littéraires. La finaliste au prix des lecteurs de Radio-Canada était à Montréal mardi soir, où l’on devait dévoiler l’identité du lauréat. Par la suite, elle se rendra au Salon du livre d’Edmundston et au Festival Métropolis Bleu, à Montréal. L’écrivaine participera au Festival Frye, à Moncton, du 23 au 29 avril. Le président du jury du prix Champlain (Fiction), Benoit Doyon-Gosselin, a qualifié l’oeuvre de France Daigle de monumentale. Un roman qui reprend et actualise ses thèmes de prédilection de ses fictions depuis 1983. Avec ce roman, l’auteure acadienne réinvente l’écriture. «Il s’agit d’un texte exigeant qui, aux yeux du jury, peut être considéré comme une œuvre majeure de la Francophonie canadienne», a indiqué Benoit Doyon-Gosselin.

Depuis sa sortie, Pour sûr a suscité beaucoup d’intérêt. «C’est excitant, c’est un livre le fun à suivre parce que je reçois beaucoup de commentaires. On dirait que le livre surprend, suscite de la discussion et ça me fait sourire de voir comment les gens reçoivent ça», a exprimé France Daigle. Dans la catégorie Ouvrage savant-érudition, le prix Champlain a été remis à Chedly Belkhodja pour son livre D’ici et d’ailleurs: Regards croisés sur l’immigration est un essai publié aux Éditions Perce-Neige ayant capté l’attention. Le professeur de sciences politiques de l’Université de Moncton, qui a publié de nombreux articles, participé à des ouvrages collectifs et réalisé un film, signe ici son premier livre. «Je suis très touché d’avoir ce prix, parce que ça ramasse pas mal de choses que j’ai écrites depuis des années. Je pense que c’est une question importante pour les communautés minoritaires francophones. L’immigration, on pense souvent c’est Toronto et Montréal. Je suis content de l’avoir édité en Acadie. Perce-Neige était le lieu idéal pour faire ça», a affirmé Chedly Belkhodja, qui était présent au Salon du livre pour recevoir son prix. M. Belkhodja mentionne que cet ouvrage lui a permis de rencontrer beaucoup de gens et de groupes qui travaillent dans le domaine de l’immigration un peu partout au pays. La présidente du jury du prix, Estelle Dansereau, a souligné le traitement sensible et très actuel qu’offre cet ouvrage sur un sujet pressant du XXIe siècle. «Chedly Belkhodja connaît à fond son sujet, écrit avec souplesse et limpidité, et rend vivants ses propos par des récits de situations migratoires représentatives de diverses régions canadiennes», a déclaré Mme Dansereau. L’auteur acadien, qui participera aussi au Festival Frye, a plusieurs projets dans l’air. «J’ai envie de continuer à produire des œuvres qui ne sont pas uniquement des articles scientifiques d’universitaires. J’aime la diversité et l’interdisciplinarité et c’est un peu ce que ce livre est», a-t-il ajouté.Créé en 1856, le prix Champlain encourage la production littéraire chez les francophones vivant hors du Québec et veut susciter chez les Québécois un intérêt à l’endroit des autres francophones d’Amérique. Chaque gagnant reçoit une bourse de 1500 $.