Une pluie de crème glacée à la Galerie Sans Nom

MONCTON – Imaginons un instant une pluie de crème glacée qui tombe du ciel… L’artiste Jessica Arseneau, lauréate de la bourse Imago, en a fait une œuvre d’art qui sera présentée à compter de vendredi à la Galerie Sans Nom, à Moncton.

Trois éléments forment son installation de sérigraphies qui s’intitule Ça tombe du ciel depuis quelques jours. Des parapluies ou para-crème glacée, comme Jessica Arseneau les appelle, un cornet météorite et des capteurs de saveurs composent cette installation très colorée et fantaisiste pour le moins inusitée qui simule un désastre surnaturel. Jessica Arseneau a imaginé qu’un cornet météorite était tombé du ciel, provoquant ainsi une pluie de glaces à plusieurs saveurs.

«J’avais le goût de faire de quoi de farfelu, de fantaisiste, un peu comme du postsurréalisme. Je voulais créer un monde fictif, quelque chose d’inhabituel avec l’idée d’abondance», a expliqué Jessica Arseneau qui confie aimer particulièrement la crème glacée.

Cette finissante du Département des arts visuels de l’Université de Moncton (concentration estampe et peinture) en 2011, a obtenu la bourse Imago par la suite, lui permettant ainsi d’avoir accès à l’atelier d’estampe Imago. Cette bourse annuelle donne la chance aussi à un artiste émergent de présenter une exposition à la Galerie Sans Nom, à la fin de l’année, afin de montrer son travail. La recherche et la création des estampes en vue de cette exposition ont commencé l’automne dernier.

Elle a suspendu au plafond plusieurs parapluies composés d’estampes réalisées sur tissu. Au mur, une série de pots remplis d’estampes ont été installés. Enfin, sur le sol, l’artiste a placé un immense cornet de crème glacée comme s’il s’était écrasé par terre.

«Les parapluies colorés servent à se protéger de la crème glacée qui tombe», a indiqué Jessica Arseneau qui a été influencée par le travail des artistes du mouvement pop-art, comme Claes Oldenburg qui avait créé d’immenses hamburgers.

«L’estampe me passionne à cause, entre autres, du principe de la répétition. Ça permet de faire beaucoup dans un court temps. Dans mon projet, la répétition et l’accumulation sont deux concepts importants», a souligné l’artiste qui aime aussi jouer avec les couleurs autant en gravure qu’en peinture.

Avec la sérigraphie, elle peut créer des installations donnant ainsi à son travail une nouvelle perspective. Pour créer ses œuvres, Jessica Arseneau a utilisé du tissu, de l’encre, du plastique, du carton et de la pâte à modeler. Lors du vernissage, vendredi à 19 h, de la crème glacée sera servie aux visiteurs.

L’exposition, Ça tombe du ciel depuis quelques jours, sera en montre jusqu’au 27 juillet. Jessica Arseneau, qui est native de Tilley Road près de Tracadie-Sheila, présente ici sa première exposition solo dans un contexte professionnel. Elle exposera aussi à Montréal et à Sackville cet été, en plus de participer au Festival Acadie Rock.