DansEncorps veut transmettre sa passion de la danse

MONCTON – Quatre membres de la Jeune Troupe de l’École DansEncorps de Moncton et la professeure et chorégraphe Chantal Cadieux s’envoleront mercredi vers Taïwan afin de présenter leur nouvelle création à la conférence Dance and the Child International, un événement rassemblant plus de 500 passionnés de la danse d’un peu partout sur la planète.

La danse le matin, le midi et le soir, voilà ce qui attend les artistes de la Jeune Troupe et leur professeure. En plus de voir de nombreux spectacles, les participants suivront plusieurs ateliers de formation. Selon Chantal Cadieux, cette conférence, qui se tient tous les trois ans, constitue un événement incontournable. La directrice de DansEncorps souligne le fait que ce rendez-vous international n’est pas une compétition, ce qui l’a séduite dès le départ. Celle-ci y a participé à au moins huit reprises.

«Nous allons là pour apprendre des techniques nouvelles, échanger et montrer ce qu’on fait ici. On fait partie d’un groupe beaucoup plus grand. C’est parrainé par un groupe de chercheurs. Toute la journée il y a des travaux scientifiques qui sont présentés, faisant en sorte que nous sommes mis en contact avec la fine pointe de ce qui se fait en éducation», a déclaré en entrevue Chantal Cadieux, qui offrira un atelier sur la façon d’apprendre à lire le corps au-delà des apparences esthétiques.

Pour pouvoir participer à cette conférence, la chorégraphe a dû soumettre au jury un projet artistique inspiré du thème de la conférence: Danse, les jeunes et le changement. Chantal Cadieux a donc créé la pièce Fess, de six minutes, qui sera dansée par les quatre interprètes, Dominique Bourque, Christin Clarke, Estelle Dupuis et Roxanne Dupuis. Cette œuvre aborde la liberté de l’esprit et le changement.

«Nous avons fait une grosse recherche et un exercice pour réaliser cette chorégraphie. En anglais

l’acronyme veut dire Freedom, Embodiment of the Spirit of the Soul. En français, c’est plutôt un jeu de mots pour dire: on y va et il ne faut pas avoir peur de qui on est et de faire notre danse à notre façon», a expliqué Chantal Cadieux, reconnue pour son travail acharné à faire reconnaître la danse en Acadie non pas comme une épreuve sportive, mais sous l’angle de la démarche artistique.

«C’est très original par rapport à ces quatre filles-là. Chacune avait des défis et on a essayé de travailler sur leur propre défi expressif pour parler de cette proposition qui est de faire un changement en tant qu’individu dans la société», a poursuivi Chantal Cadieux.

Cette féministe qui s’est battue pour l’émancipation des femmes s’insurge contre l’hypersexualisation des jeunes filles à travers la danse et le mouvement, véhiculée entre autres par le star-système. Ce sont d’ailleurs des choses auxquelles les professionnels réfléchiront lors de la conférence. Ils discuteront aussi des différentes tendances et des cultures de la danse à travers le monde.

De plus, cette année, le sommet bisannuel World Dance Alliance, qui s’adresse spécialement aux professionnels de la danse, se tiendra en même temps et au même endroit.  

«C’est plus gros encore cette année. Nous avons doublement le choix de spectacles à aller voir et d’ateliers à suivre.»

À la fin de la conférence, l’ensemble des danseurs âgés de 8 à 18 ans interprétera une œuvre originale créée par un chorégraphe taïwanais, inspirée de la tradition de cette île asiatique. La conférence a lieu dans une université des arts de la scène à Taipei, la capitale de Taïwan, du 11 au 22 juillet.

La Jeune Troupe présentera sa nouvelle création également à la Place de l’hôtel de ville de Moncton, le jeudi 26 juillet, à 19 h. Les jeunes ont organisé des activités de financement pour se rendre à Taïwan. Le public peut d’ailleurs contribuer à leur campagne via le site Internet de DansEncorps.