La chanteuse Mélanie LeBlanc dépose ses valises à Memramcook

DIEPPE – Avant de s’envoler à nouveau vers l’Asie, la chanteuse et comédienne Mélanie LeBlanc, de Dieppe, dépose ses valises
au Monument-Lefebvre, à Memramcook, le temps d’offrir au public son nouveau spectacle multimédia conçu autour du recueil de poésie Alma, de Georgette LeBlanc.

Quand on demande à Mélanie LeBlanc où elle habite, elle répond sans hésiter «dans mes valises». Depuis deux ans, la chanteuse qu’on avait connue, entre autres, pour ses rôles dans des comédies musicales comme Anne aux pignons verts voyage à travers le monde. Elle a transporté sa musique au Vietnam, au Mali, au Japon et, dans quelques semaines, à New Delhi, en Inde. Elle donne des spectacles dans des hôtels de luxe. Au Japon, elle présentait son spectacle avec le musicien et chanteur Alexis Charrier, mais à New Delhi, elle sera accompagnée d’un pianiste de ce pays. 

«Je vais chanter avec quelqu’un que je ne connais pas. Ça va être spécial parce que l’endroit où je vais chanter se nomme L’Orient-Express (comme le train de luxe qui reliait Paris à Istanbul), alors je vais sûrement faire du répertoire français», a déclaré Mélanie LeBlanc, qui demeurera six mois à New Delhi.

Pendant ses voyages, la chanteuse a réalisé des capsules vidéo poétiques intitulées Alma, l’âme de l’Acadie. Elle raconte que le recueil de Georgette LeBlanc l’a profondément touchée.

«La première fois que j’ai entendu sa poésie, c’était Georgette LeBlanc qui lisait à la radio. Ça m’a tellement émue que j’ai été obligée d’arrêter la voiture. Sa poésie a déclenché quelque chose en moi qui m’a permis d’aller profondément dans la création. Pendant mes voyages, je me suis aperçue qu’il y avait plein de choses qui me rappelaient les mots de Georgette LeBlanc. Quand on fait des voyages, il y a beaucoup de solitude, puisqu’on passe des mois dans des villes où personne ne parle la même langue que soi, alors on est obligé de se confronter à soi-même et ses poèmes me parlaient énormément», a expliqué Mélanie LeBlanc. Cette série de capsules constitue le fil conducteur de son spectacle Voler parmi les corbeaux, tiré d’une phrase du recueil Alma. Les courtes vidéos poétiques seront présentées pour la première fois lors du spectacle samedi à Memramcook. Elles viendront se placer entre les chansons et la comédie.

«C’est un spectacle le fun, plein de vie, léger et ce sera interactif. Je vais me promener dans la salle. Je ne cache rien et je ne vais jamais en coulisses. Le public va me voir placer mes choses sur la scène», a indiqué Mélanie LeBlanc, qui dit avoir été inspirée par l’homme de théâtre Bertolt Brecht. «C’est la première fois que je fais ce genre de spectacle. C’est juste moi. Je joue du piano et ça se peut que je joue d’un autre instrument pendant la soirée», a-t-elle mentionné.

Mélanie LeBlanc se baladera dans son répertoire de chansons surtout françaises comme Édith Piaf et de ses compositions. Cette artiste lumineuse au sourire contagieux célèbre la vie dans ses œuvres. Comme artiste, elle tente de se renouveler constamment et elle voit un peu son rôle comme celui d’une personne qui donne de l’amour.

«Il faut déborder d’amour comme artiste. C’est pour ça que je peux refaire le même spectacle soir après soir parce que ce n’est pas tout le temps les mêmes gens qui sont là et ce n’est jamais pareil.» Son spectacle Voler parmi les corbeaux est présenté au théâtre du Monument-Lefebvre, à Memramcook, le samedi 14 juillet, à 20 h.