Un air de famille: l’Acadie bien représentée

CARAQUET – Familles acadiennes et canadiennes, rivez-vous devant votre écran de télé les jeudis soir et syntonisez Radio-Canada à compter de 21 h. Une toute nouvelle émission, Un air de famille, fera chanter des clans de partout au pays et risque bien de créer un effet d’entraînement musical dans les chaumières. D’ailleurs, une famille acadienne, les Hickey de Pont-Landry, seront à l’honneur la semaine prochaine, le 4 octobre.

L’émission Un air de famille est animée par Patrice L’Écuyer. L’animateur s’est muni d’un joli carré d’as dédié à faire lever le show, soit de trois coachs, Jean-François Breau – tiens, un autre Acadien –, Bruno Pelletier et Johanne Blouin, ainsi que de René Simard, absent à l’écran, mais qui assure la mise en scène du spectacle.

Car bien qu’il y ait un aspect concours à l’émission, Un air de famille se veut avant tout un spectacle dans lequel 27 familles, à raison de trois par semaine, chanteront devant public une chanson qu’elles auront travaillée au préalable avec l’un des trois coachs.

C’est dans cette optique que la famille Hickey – la seule famille acadienne des 27 clans – a décidé de participer à l’émission. Selon Steve Hickey, l’un des membres du groupe familial, Un air de famille représentait pour eux LA chance à saisir pour s’amuser tout en vivant le traintrain inhabituel de passer à la télé.

«Nous allons là pour nous amuser avant tout et pour apprendre. Je te dirais que nous avons une bonne nervosité. Nous voulons vraiment casser la baraque jeudi prochain, mais sans se mettre trop de pression pour tenter d’être les meilleurs», souligne Steve Hickey en entrevue téléphonique.

Depuis qu’elle a su à la fin juillet qu’elle allait être retenue pour l’émission, la famille Hickey a déjà fait quelques allers-retours Pont-Landry-Montréal afin de répéter son numéro avec son coach – dont Steve Hickey ne peut dévoiler le nom, avertit-il, en raison d’un embargo imposé par la production –, en plus de discuter avec les stylistes et les autres techniciens d’arrière-scène de l’émission.

«Nous avons vraiment eu un accueil chaleureux! Nous étions vraiment impressionnés d’être à Radio-Canada et tout le monde est vraiment sympathique. Rencontrer des gens comme Patrice L’Écuyer, René Simard et les autres, c’est unique et très valorisant», exprime Steve Hickey avec un sourire dans la voix.

Sur quelle chanson les Hickey ont-ils jeté leur dévolu pour le 4 octobre?

«Je ne sais pas si je devrais le dire, mais nous allons chanter Elle me dit de Mika», mentionne du bout des lèvres le porte-parole de la famille Hickey.

Dès que l’émission se termine, et ce, jusqu’au lendemain midi, le public pourra voter chaque jeudi pour l’une de ses trois familles coup de coeur en se rendant sur le site web d’Un air de famille (radio-canada.ca/airdefamille) ou au 1 900 930-3333. La famille préférée du public sera de retour la semaine suivante pour interpréter un numéro d’ouverture conçu spécialement pour elle avec les trois coachs de l’émission, en plus de recevoir une bourse de 1000 $. Cette famille sera aussi de retour pour les demi-finales du tournoi à l’issue duquel sera couronnée la famille chantante par excellence au pays. Les deux autres familles repartiront avec 500 $ et un grand prix sera décerné à la famille gagnante lors de la finale.

Un beau party de famille

Comme son titre l’indique, l’émission Un air de famille se veut à la fois un party télévisuel et une soirée chantante où des clans de plusieurs régions du pays font valoir leurs talents et le plaisir d’être ensemble.

En toute franchise, à la lumière de la première émission que nous avons pu écouter avant sa diffusion, la soirée comporte même son lot de surprises.

Jeudi soir, les trois premières familles qui s’empareront de la scène du Studio 42 de Radio-Canada sont les Bilodeau-Garant de Saint-Lazare-de-Bellechasse (au sud-est de Québec), les Gendron de Laval et les Côté de Saint-Nicolas (également dans la région de Québec).

L’une après l’autre, les trois premières familles interpréteront respectivement les chansons Je veux de Zaz, Aimons-nous d’Yvon Deschamps et Promenade sur Mars d’Offenbach. Déjà, le choix des chansons détonne par rapport aux sempiternels airs mille fois mâchouillés de Céline, Lara Fabian et autres standards acquis de la musique. Et le party lève dès les premières minutes! Les prestations sont précédées de courts segments sur chacune des familles et de quelques secondes de répétitions avec les coachs enregistrées au préalable.

Si les trois coachs réussissent à faire ressortir des qualités surprenantes de chacune des familles, ils ne règlent pas tout non plus. Quelques mimiques faciales de trop, une main trop près du visage… Le genre de tics qui donneraient de l’urticaire à un juge de concours du style Star Académie ou du Festival international de la chanson de Granby. Les commentaires de Jean-François Breau, de Johanne Blouin et de Bruno Pelletier après chacune des performances n’iront pas en ce sens-là non plus.

De toute manière, ce n’est pas le but de l’exercice et l’on réussit facilement à oublier ces toutes petites imperfections en se laissant entraîner par l’énergie contagieuse que les familles dégagent sur scène. Bien loin de la téléréalité, Un air de famille charme grâce à ces familles, les véritables vedettes de l’émission, et par son ambiance à la fois décontractée et survoltée… comme un vrai bon party de famille.