Lina Boudreau lance son cinquième album

DIEPPE – Toujours en mouvement comme le vent, Lina Boudreau est de retour avec un cinquième album, Si fragile univers, qui parcourt ses diverses influences musicales, allant du soul au blues, en passant par le pop rock.

«C’est probablement l’album qui me ressemble le plus», a déclaré en entrevue Lina Boudreau, qui signe 10 des 12 musiques du disque, en plus d’avoir coécrit la plupart des textes. Si fragile univers sort mardi.

Depuis Femme de l’eau paru en 1999, Lina Boudreau n’avait pas sorti d’album de compositions originales. Entre-temps, elle a enregistré deux disques de Noël, dont le plus récent, Noël lounge (2009), qui s’est vendu à plus de 5000 exemplaires et qui continue de susciter de l’intérêt. Ses nouveaux projets sont davantage orientés vers la composition, a confié l’artiste originaire de Memramcook qui nous revient avec une réalisation soignée, de belles mélodies, une œuvre sensible inspirée tant par la fragilité de l’être humain que par l’environnement qui l’entoure. Elle a travaillé avec plusieurs auteurs, soit Zachary Richard, Marc Chabot, Francine Hamelin, Stéphane Côté, Dominique Owen, Harris Schper et ses compatriotes acadiens Calixte Duguay et Joseph Edgar. Elle a coécrit la chanson titre avec Dominique Owen; une oeuvre touchante sur la fragilité de la terre.

«L’année dernière, je suis allée marcher à l’occasion du Jour de la Terre au grand rassemblement à Montréal. Puis, j’ai assisté au spectacle et c’est sûr que ç’a eu un impact. Le texte m’est venu à ce moment-là. C’est écrit au je comme si j’étais la terre en fait», a-t-elle raconté.

Elle a pris son temps pour construire ce nouvel opus qu’elle a coréalisé avec Réjean Bouchard, en collaboration avec Rob Heany et Jean-Sébastien Fournier. Le disque a été enregistré, entre autres, dans sa maison à Val-David au Québec. C’est du bon Lina Boudreau, bien assumé, un peu comme un vin qui a mûri et qui révèle ses arômes.

«C’est un portrait de vie, c’est-à-dire où je suis rendue avec mes différentes influences musicales. J’ai quand même passé beaucoup de temps pour que ce soit cohérent au niveau des sujets et des arrangements. C’est un défi de coréaliser un album et de l’amener où l’on veut au niveau sonore», a exprimé Lina Boudreau, qui admet que ce n’est pas nécessairement un album commercial. Elle espère avoir réalisé des chansons qui traverseront le temps.

Celle qui se dit toujours aussi passionnée par la musique, sans avoir nécessairement la même attitude qu’à 20 ans, juge qu’il y a de la place pour les artistes d’expérience et matures.

«Hier soir, j’ai répété et je me disais quelle joie de partager ma musique avec de bons musiciens! C’est sûr que je ne m’attends pas à une carrière comme celle de Lisa LeBlanc, mais j’ai toujours le goût de faire des projets de création et d’aller plus loin dans mon art», a ajouté Lina Boudreau.

Deux chansons anglaises, dont une composition de Zachary Richard, figurent sur son disque. L’artiste souligne que cela fait partie de ses nombreuses influences musicales, d’avoir toujours côtoyé les deux langues. Avant même d’avoir lancé officiellement son nouveau disque, de l’intérêt se manifeste et on l’invite déjà à donner des spectacles.