Maurice Henri s’envole vers la Colombie pour un festival international de photographie

MONCTON – Le photographe Maurice Henri, de Moncton, s’envole mardi vers la Colombie en compagnie d’une délégation canadienne afin de participer à un festival international.

Maurice Henri sera accompagné, entre autres, des photographes Karen Casey, de Moncton, de Peter Spence, de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, et du coordonnateur du projet, Robert Gallant (HubCap, Photo Moncton). Ce premier festival de photographie intitulé Fotografia Dosquebradas est organisé par L’Association de la Citadelle des arts sociaux et culturels de la République de Colombie. Il accueille le Canada en tant que pays hôte. Dosquebradas est une petite ville située à environ quatre heures de la capitale de la Colombie, Bogota.

«Quand on pense à la Colombie, on pense tout de suite aux cartels de la drogue et au danger. Ça existe, mais ce n’est qu’un aspect de la Colombie. Le département touristique de la Colombie veut commencer à faire des projets artistiques pour changer la perception des gens envers la Colombie», a expliqué Maurice Henri qui, dans le cadre de ce voyage, entreprend aussi une tournée avec des photographes canadiens et américains afin de photographier divers endroits, plus spécialement dans la magnifique région du café. «J’ai déjà visité cette région et c’est superbe», a indiqué Maurice Henri, précisant que ce sont les autorités colombiennes qui l’ont invité à organiser cette tournée et à recruter des photographes pour le festival. En plus d’agir comme interprète, Robert Gallant s’occupe de la coordination du projet en Colombie.

Bien connu pour avoir créé le projet humanitaire Caméra pour guérir, Maurice Henri a organisé des voyages de photographie dans une douzaine de pays.

Après la tournée, Maurice Henri participera au festival afin de présenter des conférences et une exposition de photographies avec Karen Casey et Peter Spence, ainsi que trois photographes colombiens. Ce premier festival est organisé en collaboration avec Photo Moncton. Les conférences porteront sur différents thèmes; paysage, documentaire, portrait, photographie de rue. Il y aura également une exposition dans un grand centre commercial.

«Un des styles que j’adore, c’est la photographie documentaire de rue. À travers les images, on peut raconter les histoires des gens et on leur donne une voix. La deuxième chose que j’aime, c’est la photographie de nature et artistique», a expliqué Maurice Henri.

Il mettra sur pied un nouveau projet Caméra pour guérir en Colombie, avec une enseignante colombienne, pour des jeunes qui ont été atteints du syndrome de sevrage néonatal et qui ont des difficultés d’apprentissage. Le projet est en phase exploratoire. Il demeurera en Colombie du 29 octobre au 18 novembre.

À son retour, Maurice Henri prévoit présenter une exposition à Moncton qui regroupera des œuvres de l’ensemble des photographes.

«Quand on est reconnu au niveau international, avoir l’opportunité de lancer ce premier festival avec des gens d’ici, ça me touche et je suis ému. J’ai vraiment hâte de partager nos différentes cultures. Nous avons tous quelque chose en commun, c’est d’apprécier l’image», a indiqué Maurice Henri.