MONCTON – Avec son nouveau recueil de poésie, Rose Després poursuit sa quête de vraisemblance. Dans ce sixième ouvrage de la poète de Cocagne se côtoient la fragilité, la douleur, les injustices et la lumière.

Rose Després n’avait pas publié de recueil depuis Si longtemps déjà en 2009. En 2012, les Éditions Prise de parole ont réédité trois recueils de Rose Després dans la collection Bibliothèque canadienne-française, dont la préface est signée par David Lonergan. Vraisemblable vient tout juste de paraître aux Éditions Prise de parole. Elle dédie ce nouveau recueil à la mémoire de deux amies, Jacinthe Dufour et Katherine Marccocio, ayant marqué sa vie. Rose Després raconte que cet ouvrage s’est manifesté dans un désir d’authenticité et de recherche de vérité.

«Je tenais à offrir un petit peu cette oeuvre de création comme hommage à la vraisemblance. Ces deux femmes incarnaient pour moi tout ce qui était vrai et véritable. Je me sentais entourée par leur belle et magnifique énergie. Ces deux femmes-là m’accompagnaient depuis leur départ», a confié Rose Desprès.

S’ouvrant et se refermant sur des textes d’espoir, le recueil voyage à travers une large gamme d’émotions. Parfois, elle plonge dans l’abîme pour ensuite ressortir encore plus forte.

«Je pense que c’est un peu Rose Després qui transparaît là-dedans. Je suis ces contradictions-là. La luminosité est volontaire et intentionnelle. C’est la seule chose qui m’a soutenue à travers toutes les tragédies», a affirmé la poète qui voit la luminosité comme des éclats de soleil à travers les nuages que comporte la vie. Malgré le passé douloureux, la poète recherche l’espoir, ce qui transparaît dans sa poésie.

Rose Després souligne qu’elle veut enlever les masques, les apparences et tous les petits jeux que l’on invente par vanité, par orgueil et par égoïsme.

«Le livre dénonce beaucoup d’injustices qui sont en quelque sorte en soi des malhonnêtetés, des prises de pouvoir, des emprises sur la vie des autres. Je cherche à enlever les vieilles guenilles et le passé qui nous encombre», a poursuivi la poète qui a commencé à écrire les textes de Vraisemblable en 2009, peu après la parution de Si longtemps déjà. «Pour moi, l’écriture, je ne le fais pas consciemment, intentionnellement et de façon disciplinée. Quand ça passe, je le prends et je l’amène», a exprimé celle qui propose des textes aux images puissantes.

Aussi musicienne, Rose Després chante du gospel avec la chorale de l’église qu’elle fréquente depuis 15 ans.

«Pour moi, la musique et la poésie sont interreliées, interchangeables et indissociables. J’ai besoin absolument des deux dans ma vie. La musique, c’est ce que je veux faire, plus encore que la poésie, parce que la musique, ça ne possède pas seulement le corps, ça possède l’âme, l’esprit, le cœur et tout en même temps. Ça nous oblige à être vraisemblables, sinon la musique sera moins belle», a ajouté Rose Després, qui a déjà commencé à poser quelques notes sur papier en prévision de son prochain recueil.

En plus du lancement qui a eu lieu à la boutique le Passage, à Moncton, Rose Després sera du nombre des auteurs invités au Salon du livre d’Edmundston du 3 au 6 avril. Elle prévoit faire un lancement également à la Maison Mer, à Cocagne, lors de son ouverture officielle, au début de mai.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle