La reine du western s’amène en Acadie

PONT-LAFRANCE – Pour les amateurs de musique country francophone, Julie Daraiche trône depuis plusieurs décennies déjà avec l’étiquette de reine du western. Un titre amplement mérité quand on connaît ses multiples chansons devenues des classiques et ses albums qui ont été vendus à plus d’un million d’exemplaires. D’ailleurs, sa popularité ne se dément pas et deux des trois spectacles qu’elle présentera en fin de semaine en Acadie affichent déjà complet.

Julie Daraiche, qui célébrera le 27 avril son 76e anniversaire de naissance, est justement en studio ces jours-ci pour préparer la sortie de son nouvel album à paraître en juin.
«Maman est encore en très grande forme, soutient sa fille Dani, qui sera également du spectacle. Sa voix est toujours aussi belle.»
«Les Daraiche ont toujours été les chouchous au Nouveau-Brunswick. Ça fait plus de 40 ans que nous y allons. Maman, par contre, ça fait un petit bout qu’elle n’y est pas allée. Je me souviens que nous avons été 13 années d’affilée au Frolic de Renauds Mills, tout près de Saint-Antoine-de-Kent. C’est même là que j’ai moi-même commencé à donner des spectacles», se souvient la fille de la souveraine.
Julie Daraiche, qui est originaire de Pabos, en Gaspésie, s’est fait connaître dès le milieu des années 1960 avec les frères Duguay. Au début des années 1970, elle endisque ses premiers succès qui sont encore aujourd’hui très populaires tels qu’Un verre sur la table, Que la lune est belle ce soir, Pardonner et oublier et Marié à l’église.
«Ce sont des chansons que maman chante encore en spectacle», indique Dani, qui présentera pour sa part les pièces de son dernier album Complicité 2.
«J’ai lancé cet album le 6 avril et c’est une compilation de 14 duos avec d’autres chanteuses. Avec ma mère, nous faisons la pièce Je veux chanter. Je fais aussi des duos avec ma cousine Katia et Debbie Myers qui vient de Moncton, entre autres», ajoute-t-elle.
Julie et Dani Daraiche seront au Club sportif de Pont-Lafrance, vendredi À (20 h), au Centre communautaire de Bouctouche, samedi (20 h), et au Centre de Saint-André-LeBlanc, dimanche après-midi (13 h 30). Les billets pour les spectacles de Pont-Lafrance et de Bouctouche sont déjà tous vendus.
Deux grands noms de la musique country néo-brunswickoise seront également du spectacle, soit Brian Mallery, de Cap-Pelé, et Rhéal LeBlanc, de Bouctouche.
LeBlanc ne cache d’ailleurs pas sa hâte de se retrouver sur la même scène que Julie Daraiche.
«Mon idole de jeunesse a toujours été George Jones (décédé il y a un an), mais à 76 ans il n’avait plus de voix. Julie, elle, chante toujours aussi bien. C’est vraiment la reine du western», indique-t-il.
«Ça va être un show d’au moins quatre heures, peut-être plus. On ne sait jamais, on pourrait en grande forme», ajoute-t-il en riant.