Un gala marqué par l’émotion

Kevin McIntyre , Sarah Anthony et Marc Paulin
Kevin McIntyre , Sarah Anthony et Marc Paulin

FREDERICTON – Avec des étincelles dans les yeux, Lisa LeBlanc, Kevin McIntyre, France Daigle, Daniel Léger, Luc A. Charette et Marc Paulin figurent parmi les artistes qui sont repartis de la Soirée des Éloizes, samedi, avec une statuette.

Marqué par l’émotion, ce 13e gala, présenté au Playhouse à Fredericton devant près de 700 spectateurs, a couronné 14 créateurs de tous les horizons et amis des arts, en plus de rendre un vibrant hommage à Donat Lacroix.

L’enfant chérie de l’Acadie Lisa LeBlanc qui a offert trois prestations pendant la soirée a été récompensée de l’Éloize de l’artiste s’étant le plus illustré à l’extérieur de l’Acadie.

«Je suis vraiment contente. J’aurais pu partager ça avec mes amies les Hay Babies (aussi finaliste dans cette catégorie), on se croise toujours sur la route. C’est le fun de revenir chez nous et de voir que l’Acadie nous dit merci», a déclaré Lisa LeBlanc.

L’Éloize en musique est allé à Kevin McIntyre pour son deuxième album Dragon mécanique, un disque qu’il qualifie de plus personnel.

«Ç’a été vraiment une année de grandes émotions et je pense que l’album représente ça un peu, de la mélancolie et des moments de joie. Ça fait du bien de recevoir ce prix, même si je ne suis pas un gros fan des prix. Je suis plus un gros fan de l’originalité, de la créativité et de faire avancer les arts en Acadie», a exprimé Kevin McIntyre qui songe à réaliser un nouvel album à l’automne.

La lauréate en littérature, France Daigle, a salué la montée impressionnante de la création artistique en Acadie.

«On ne peut pas ne pas le voir, à tous les niveaux, que ce soit en musique, arts visuels, cinéma… J’espère que nous allons continuer dans cet esprit au Nouveau-Brunswick», a affirmé France Daigle, très heureuse de recevoir cet Éloize pour son roman Pour sûr.

«Ç’a été un investissement et un grand plaisir d’écrire ce livre qui a un poids au sens figuré comme au sens large», a mentionné celle qui signe une chronique hebdomadaire dans l’Acadie Nouvelle.

Visiblement très ému, Luc A. Charette a été couronné de l’Éloize en arts visuels pour sa merveilleuse collection de peintures, Portraitures, inspirée par la célèbre Joconde de Léonard de Vinci.

«J’ai été vraiment surpris parce que je connais les deux autres finalistes (Marie-Hélène Allain et Jocelyn Jean) qui sont deux artistes majeurs au Nouveau-Brusnwick et dont j’apprécie beaucoup le travail», a confié le lauréat.

Sacré spectacle de l’année, Bouffe de Mathieu Chouinard et Marc-André Charron; une œuvre loufoque et originale a été présentée près de 60 fois, dans différentes versions, depuis sa création en 2008. Les deux comédiens ont été très actifs pendant toute la semaine des Éloizes en offrant plusieurs ateliers dans les écoles et des prestations impromptues.

Passé maître dans l’art de mettre en lumière les acteurs au théâtre, Marc Paulin est moins habitué de se retrouver devant les projecteurs. En recevant l’Éloize en théâtre, il espère que cette récompense rejaillira sur tous ceux qui travaillent dans l’ombre.

«Je suis vraiment ému. Toute ma famille est ici. Il y a beaucoup de gens qui travaillent dans l’ombre et on devrait peut-être créer une catégorie spécialement pour eux», a-t-il soulevé.

Daniel Léger a mis la main sur l’Éloize en art médiatique, avec son documentaire Les inséparables, un œuvre touchante remplie d’humanité.

«Je suis pas mal content, je ne m’y attendais pas parce qu’il y avait de gros canons (Gilles Doiron et Phil Comeau) dans cette catégorie-là. Le premier film en français que j’ai vu était une oeuvre de Phil Comeau et c’est comme ça que j’ai voulu faire des films», a confié Daniel Léger.

Donat Lacroix: «Vous m’avez fait brailler»

S’il a chanté pendant 53 ans pour l’amour d’un peuple et non pour les trophées, Donat Lacroix a été très ému de l’hommage qu’on lui a rendu samedi. Le chanteur et pêcheur de Caraquet en avait les larmes aux yeux. Les Hay Babies, Lisa LeBlanc, Kevin McIntyre, les animateurs de la Soirée des Éloizes, René Cormier, Izabelle Ouellet et Matthieu Girard, ainsi que son ami et auteur Sylvain Rivière lui ont rendu un bel hommage en faisant un petit tour d’horizon de son répertoire. «On ne chante pas pendant 53 ans pour les trophées, on le fait pour l’amour d’un peuple. C’est une affaire de cœur, mais je vous remercie beaucoup et vous m’avez fait brailler», a déclaré Donat Lacroix qui était entouré de son épouse Émé Lacroix et de ses quatre enfants à la Soirée des Éloizes. Il a le sentiment d’être béni par la Providence. «Je l’ai compris à soir que les gens m’aiment, mais je ne pensais pas que c’était aussi fort que ça. J’ai craqué. Veut veut pas on est sensible à ça. On aime avoir une petite tape dans le dos de temps en temps et une marque d’appréciation pour savoir qu’on n’a pas toujours chanté dans le désert», a exprimé Donat Lacroix qui n’aurait jamais imaginé qu’un jour Lisa LeBlanc ou encore les Hay Babies chanteraient ses chansons.