De l’humour tout en «LeBlanc» à Memramcook

MONCTON – Les LeBlanc auraient-ils des prédispositions pour l’humour? Peut-être bien… estime l’humoriste et co-porte-parole du Festival Parlures d’icitte à Memramcook, Luc LeBlanc, qui entame la saison hivernale avec bonheur.

Celui qui s’apprête à monter sur la scène de la salle Jeanne-de-Valois avec le Québécois François Guillaume LeBlanc et le Gaspésien Simon LeBlanc, couronné du prix Découverte de l’année au Gala des Oliviers 2014, promet une soirée unique. Avec trois LeBlanc sur une même scène, à quoi peut-on s’attendre?

«Ça me rend heureux qu’on soit là parce qu’il n’y a pas beaucoup de LeBlanc qui sont dans des équipes sportives alors peut-être que notre dada, à nous, ce sont les arts», a lancé Luc LeBlanc en riant. Celui-ci se taille une place de plus en plus importante dans le monde de l’humour et du stand-up. Faire de l’humour c’est un peu comme sauter dans le vide, considère-t-il.

«C’est un voyage qui m’apporte ailleurs, qui me met sur les nerfs, mais qui me fait triper. J’ai fait beaucoup de choses dans ma vie, j’ai joué pour le théâtre, mais ceci j’ai l’impression que c’est vraiment nouveau puis ça me permet de faire plein de rencontres. Je ne sais pas où ça va me porter», a poursuivi l’humoriste qui animera deux galas Juste pour rire à Edmonton en mars.

Pour le spectacle des LeBlanc, le 6 février, l’Acadien a eu envie de créer des numéros spécialement pour l’occasion, inspirés de sa famille, de leur nom, et de morceaux inédits.

«Je veux que ce soit une soirée spéciale des LeBlanc et je vais jouer autour de ça. Le but est de faire une autre soirée complètement différente», a indiqué l’humoriste qui n’hésite pas s’impliquer dans la communauté.

Pour une deuxième année, l’artiste a accepté d’être porte-parole du Festival de conte Parlures d’icitte. Cette fois-ci, il partage ce rôle avec le jeune Alexis Bourque, 10 ans, de Memramcook.

«J’avais tellement été charmé par lui l’année passée, alors quand j’ai su qu’Alexis était aussi porte-parole, ça m’a intéressé d’autant plus. La relève, on l’a sous nos yeux. C’est un jeune homme qui aime raconter des histoires», a expliqué l’artiste qui a été fortement inspiré par le jeune conteur qu’il avait invité à le joindre sur la scène en 2014 pour présenter son conte.

S’il est humoriste et comédien, Luc LeBlanc est aussi un conteur. Même dans ses spectacles d’humour, il aime raconter des histoires.

«Je suis en train de lire plein d’affaires parce que j’ai envie d’arriver avec un conte ou une histoire que moi j’aurai forgée au lieu d’un conte classique», a mentionné le conteur qui en plus d’animer les soirées de conte pendant le festival, donnera des ateliers dans les écoles et offrira quelques prestations dans une résidence pour personnes âgées.

«C’est une belle rencontre ce festival.»

Il espère que la Société culturelle de la Vallée de Memramcook continuera d’organiser son festival pendant plusieurs années. Cet art gagne à être davantage connu, juge l’humoriste.

«Je crois que les Acadiens ont une tradition du conte très grande, mais ce que j’ai senti l’année dernière, c’est qu’une partie de ça s’est un peu perdue à cause de la rapidité de nos moyens de communication d’aujourd’hui. Tout est vite, tandis que le conte nous apporte dans des univers différents d’une grande richesse», a-t-il ajouté.

Le Festival Parlures d’icitte se tiendra du 12 au 15 février et réunira huit conteurs, en plus des élèves de l’école Abbey-Landry qui participeront à l’événement. Après le festival, Luc LeBlanc prendra la route des Maritimes avec son spectacle solo, Boosté, le 28 février. La première aura lieu à Edmundston.