Le drapeau du N.-B., 50 ans plus tard

provincial flag

MONCTON – Derrière le drapeau du Nouveau-Brunswick qui flotte dans la province depuis 50 ans, se cache l’histoire de son créateur, Robert Pichette, qui a voulu proposer un projet rassembleur.

Robert Pichette présente une conférence mardi à l’occasion de la Semaine du Patrimoine à la Place Resurgo à Moncton. L’ancien chef de cabinet du premier ministre Louis J. Robichaud  racontera la petite histoire du drapeau provincial qui a été adopté par proclamation le 24 février 1965.

Les symboles qui figurent sur le drapeau sont tirés des armoiries conférées au Nouveau-Brunswick, le 26 mai 1868, par un brevet royal de la reine Victoria.

En 1965, M. Pichette, alors âgé de 28 ans, était le chef du cabinet adjoint. Pendant les vacances du premier ministre et de son chef de cabinet, l’employé junior a dû s’occuper des affaires du bureau pendant quelques jours. L’Assemblée législative s’apprêtait à présenter une résolution demandant à ce que le Red Ensign (ancien drapeau canadien), devienne le drapeau de la province, ce qui aurait posé un problème majeur au Nouveau-Brunswick.

133941_re
Le Red Ensign

«Avait-on besoin d’un Union Jack? Non. Tous les Acadiens auraient été contre et ce ne sont pas tous les anglophones qui auraient accepté ça. À Ottawa, le Parlement venait d’approuver le nouveau drapeau national et il y avait eu un débat épouvantable. Je me suis dit qu’on ne pouvait pas se payer le luxe d’avoir un débat comme celui-là au Nouveau-Brunswick. J’ai vérifié avec l’autorité héraldique de l’époque qui était à Londres et il m’ont confié qu’on pouvait procéder», a raconté Robert Pichette qui a retrouvé à la bibliothèque de l’Assemblée législative la copie d’un décret de la reine Victoria datant de 1868 qui fournissait les armoiries aux quatre provinces fondatrices de la Confédération, soit le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, le Québec et l’Ontario.

Ce décret stipulait que ces armoiries pourraient servir de bannière pourvu que les lois de l’héraldique soient respectées. Avec l’aide d’un ami et artiste de l’héraldique, le capitaine de corvette Alan J. Beddoe, Robert Pichette a conçu le drapeau à partir des armoiries.

Le père du drapeau du Nouveau-Brunswick, Robert Pichette, dit conserver un excellent souvenir de la création de l’étendard de la province, il y a 50 ans. - Archives
Le père du drapeau du Nouveau-Brunswick, Robert Pichette, dit conserver un excellent souvenir de la création de l’étendard de la province, il y a 50 ans. – Archives

Il a mis en œuvre son projet à l’insu du premier ministre. Il a fait faire deux prototypes de grands drapeaux à Toronto pour ensuite les épingler sur le mur du bureau du premier ministre. À son retour, ce dernier a découvert tout le travail de Robert Pichette.

«J’étais nerveux parce que Louis J. Robichaud surveillait de très près toutes les dépenses. Quand il a vu le drapeau, il avait un grand sourire sur le visage. J’ai été tellement content et il m’a dit: oui on va le faire, mais il manque quelque chose dans ton drapeau. Il manquait les rames sur les galères», a poursuivi Robert Pichette qui a eu recours à une couturière de Fredericton.

Quand ils ont présenté le drapeau à l’Assemblée législative avec les explications des symboles, la réponse a été unanime, tous ayant voté en faveur du drapeau proposé.

«Pour moi, le drapeau est très simple, ça dit tout simplement “Nouveau-Brunswick”, et je pense que les gens ont compris ça instantanément. Et puis, les couleurs sont belles, c’est distinctif», a ajouté Robert Pichette.

«Aujourd’hui, je ne pense pas trop à cette histoire. Ça fait trop longtemps. Quand mes garçons étaient jeunes, partout où on passait et où il y avait les immenses drapeaux de la province, mes enfants disaient “c’est le drapeau à papa!”», a-t-il ajouté.

Sa conférence sera présentée mardi, à 18 h 30, à la Place Resurgo. L’agente de développement du patrimoine au Musée, Joanne Duguay, précise que les activités de la semaine sont en lien avec le 50e anniversaire du drapeau du Nouveau-Brunswick. Une activité appelée Créez votre propre drapeau se tiendra ce samedi, de 13 h à 16 h.

Musée acadien

Le Musée acadien de l’Université de Moncton propose une conférence de François LeBlanc sur l’Ordre de Jacques Cartier est les fêtes du bicentenaire de la déportation des Acadiens, ce mercredi à 19h, à l’occasion de la Semaine du Patrimoine. François LeBlanc est technicien en archivistique au Centre d’études acadiennes Anselme-Chiasson depuis 2012. Sa thèse de maîtrise en histoire traite de la société secrète canadienne-française qui a existé de 1926 à 1965 pour faire avancer la cause des Canadiens français.