Joannie Thomas et les chemins de l’écriture

MONCTON – La comédienne Joannie Thomas explore de plus en plus l’écriture dramatique. Avec plusieurs projets en développement, la jeune dramaturge s’apprête à fonder une nouvelle compagnie avec deux autres artistes du théâtre.

De retour de la toute première résidence d’écriture franco-canadienne au Banff Centre for the Arts en Alberta, la dramaturge de Moncton a quelques textes en chantier, dont un qui sera lu au Festival à haute voix, du 16 au 19 avril. Il s’intitule La rébellion confuse.

«C’est quelque chose qui s’ouvre de plus en plus pour moi, et puis j’adore écrire. C’est sûr que j’aime beaucoup jouer aussi, mais l’écriture semble quelque chose qui marche de plus en plus», a déclaré Joannie Thomas qui en est à son troisième texte de théâtre. On a vu cette jeune comédienne sur scène, notamment avec le théâtre de la Cigogne et dans la pièce-choc Visage de feu à l’Escaouette.

Si ses textes font l’objet de lecture publique et retiennent l’attention du milieu théâtral, aucun n’a été produit pour la scène jusqu’à maintenant. Il faut dire que le processus menant à la production d’une pièce peut prendre de nombreuses années.

«J’espère qu’éventuellement ça va se passer. J’ai bien beau écrire, mais on veut aussi que ce soit monté.»

Avec Sébastien Leclerc (étudiant à la maitrise en mise en scène) et Alyssa Pellerin-Boudreau (finissante en art dramatique), Joannie Thomas entreprendra un premier projet de création marquant ainsi les débuts officiels de la nouvelle compagnie le Théatre du Livre ouvert.

«Nous fondons cette compagnie par besoin de créer, mais aussi pour montrer qu’il y a une relève en théâtre. Je pense que plus il y a de petites troupes qui se forment plus on peut montrer qu’il y a une relève qui veut s’exprimer», a affirmé la dramaturge. La mission du Théâtre du Livre ouvert sera à l’image de ces trois artistes du théâtre. Magie, univers fantastique et rêveries seront au rendez-vous.

«Je crois que ce sera très imagé et physique comme théâtre et même un peu dansé.»

À Banff, l’auteure a travaillé à l’écriture d’une nouvelle pièce, Doggy style, une libre adaptation d’un de ses recueils de poésie.

«Ça raconte l’histoire d’une jeune femme (Catherine) dans la vingtaine qui a un mode de vie assez olé, olé; soulerie, débauche et aventures d’un soir. À un moment donné, elle va faire une rencontre qui va changer la manière dont elle voit les choses. C’est assez rythmé et poétique», a expliqué Joannie Thomas qui précise que cette résidence de création qui s’est déroulée au cœur des Rocheuses lui a permis de vraiment plonger dans l’écriture.

«Ce sont des conditions optimales pour l’écriture et c’est d’une beauté incroyable. Nous avons eu aussi beaucoup d’échanges entre les auteurs», a-t-elle ajouté.

Doggy style sera mis en lecture en septembre. On dit que la pièce est armée d’une langue mordante, crue et poétique et expose sans pudeur le mode de vie du personnage principal.

Cette résidence d’écriture qui a réuni trois dramaturges des régions francophones du Canada a été organisée par l’Association des théâtres francophones du Canada, le Centre des auteurs dramatiques et le Banff Centre for the Arts. L’auteur et conseiller en dramaturgie David Paquet a accompagné les auteurs en résidence.