Budget: le milieu culturel acadien se réjouit

Carmen Gibbs et Philippe Beaulieu de l’AAAPNB sont heureux et surpris de voir autant d’initiatives et de promesses tenues envers le secteur culturel dans le plus récent budget du gouvernement Gallant. - Archives
Carmen Gibbs et Philippe Beaulieu de l’AAAPNB sont heureux et surpris de voir autant d’initiatives et de promesses tenues envers le secteur culturel dans le plus récent budget du gouvernement Gallant. – Archives

MONCTON – Le budget provincial prévoit de nouveaux fonds pour les arts et l’industrie du cinéma. Des initiatives qui réjouissent l’Association acadienne des artistes professionnels du Nouveau-Brunswick (AAAPNB), mais qui ne dissipent pas totalement les inquiétudes du milieu cinématographique.

D’après les informations obtenues par l’AAAPNB qui a rencontré le ministre des Finances, le budget des arts, des industries culturelles et du patrimoine est augmenté de 2 millions $, en plus des investissements supplémentaires dans le secteur du cinéma. Effectivement, le document budgétaire déposé mardi prévoit que les fonds alloués à la culture passeront de 12,9 millions $ à 16,6 millions $ pour la prochaine année. Cependant, les chiffres officiels seront connus lorsque le ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture, Bill Fraser, dévoilera ses crédits budgétaires plus tard ce printemps.

«Nous sommes contents parce qu’il y a eu énormément de morosité autour du budget et pour une fois, le milieu des arts et de la culture peut annoncer de bonnes nouvelles», a déclaré la directrice de l’AAAPNB, Carmen Gibbs.

Philippe Beaulieu et Carmen Gibbs de l’AAAPNB sont heureux et surpris de voir autant d’initiatives et de promesses tenues.

«Je crois que le gouvernement a reconnu tout le travail qu’on a fait et puis ça va nous permettre de mettre en œuvre certaines initiatives qui sont inscrites dans la politique culturelle comme le programme de 1 % en art public», a poursuivi Mme Gibbs, précisant que depuis deux ans le budget de la culture a augmenté d’environ 5 millions $.

Si l’AAAPNB salue ces nouvelles initiatives, des producteurs du milieu du cinéma et de la télévision sont loin de crier victoire puisque les détails du nouveau programme de financement n’ont pas encore été dévoilés. Ce serait 2,5 millions $ de plus qui seraient investis dans cette industrie au cours de la prochaine année.

«À première vue, c’est positif parce qu’au moins ils ont dit qu’il y aurait un programme de mis en place et ils ont reconnu notre industrie. Ils n’ont pas beaucoup d’argent, mais la bonne nouvelle est qu’ils veulent continuer à développer un programme. Pour sa mise en place, il y a encore des choses à clarifier», a exprimé le producteur Maurice André Aubin, de Média NB, mentionnant que cette annonce ne dissipe pas complètement les incertitudes du milieu.

Celui-ci précise que les producteurs ont jusqu’au 21 avril pour présenter leurs projets au Fonds des médias du Canada. Ils espèrent donc avoir un peu plus de détails concernant le programme au cours ds prochaines semaines afin de pouvoir bâtir la structure financière de leurs projets. Selon eux, si l’enveloppe ne dépasse pas 2,5 millions $, ce ne sera pas suffisant pour soutenir l’ensemble des projets. Cécile Chevrier de Phare-Est Média rappelle que les fonds du dernier programme (Initiative multimédia du Nouveau-Brunswick) ont été épuisés avant la fin de l’année financière et qu’il y a donc un manque à gagner de quelques millions $. Elle rappelle que par le passé dans les années normales la demande d’aide au gouvernement provincial pouvait dépasser les 4 millions $.  «Dans les projets financés par le Fonds des médias du Canada, l’apport du Nouveau-Brunswick dans la structure est généralement de 20%», a mentionné la productrice de la télésérie Le Clan. Des séries dramatiques comme celle-ci avec des budgets d’envergure ont besoin d’importantes sommes d’argent.

 

Le Clan aura une suite

 

Les producteurs de la série dramatique Le Clan travaillent au développement d’une deuxième saison de six épisodes, a confirmé la coproductrice Cécile Chevrier. La première saison de cette coproduction Acadie-Québec, qui sera présentée en première au Festival Séries Mania à Paris, est finaliste pour le prix du public. Mme Chevrier a fait savoir qu’ils ont obtenu le feu vert de Radio-Canada pour le développement d’une deuxième saison. Ils sont rendus à l’étape du dépôt du projet auprès des bailleurs de fonds. La productrice prévoit que la production pourrait commencer au mois d’août, avec encore plus de jours de tournage au Nouveau-Brunswick.
Avec la collaboration du journaliste Mathieu Roy-Comeau