Bienvenue dans l’univers de Laura Sauvage

MONCTON – Vivianne Roy, l’une des trois fondatrices des Hay Babies, a dévoilé une première chanson de son projet solo qu’elle mène sous le nom de Laura Sauvage. Prélude à son premier opus prévu pour l’automne, You’ve changed révèle une nouvelle facette de cette artiste à l’esprit voyageur.

Celle qui au cours des trois dernières années a sillonné les routes de plusieurs pays avec les Hay Babies a eu envie de se lancer dans une nouvelle aventure. Elle ne quitte pas pour autant le trio acadien. L’auteure-compositrice-interprète devenue Laura Sauvage mènera les deux projets de front. La plupart des chansons ont été écrites alors qu’elle était en tournée avec les Hay Babies.

«Je me suis créé un alias pour vraiment faire quelque chose de différend et que ce ne soit pas juste Vivianne Roy des Hay Babies. Le nom de Laura Sauvage a un lien avec ma musique parce que c’est quelque chose d’instinctif et de naturel», a raconté l’artiste au cours d’un entretien téléphonique depuis San Francisco. Passionnée de voyage, de rencontres et de découvertes, la chanteuse et guitariste se laisse porter par la vie et la créativité. Elle ne veut pas s’imposer de contraintes.

Elle s’inscrit dans la lignée des musiciens de la scène musicale indépendante canadienne, tels que Feist et Julie Doiron. Des chansons personnelles, des sonorités modernes, folk, rock où la voix et la guitare de Laura Sauvage se distinguent. L’enregistrement des cinq pièces du mini disque qu’elle a coréalisé avec Dany Placard est terminé. L’album est à l’étape du matriçage.

«L’enregistrement a été vraiment cool, c’était dans le shed à Dany Placard et ensuite, on a été dans un studio à Montréal pour continuer le travail», a poursuivi l’artiste qui fera paraître son album sous l’étiquette Simone Records. Elle se passionne tout particulièrement pour le travail de studio et la création. C’est pour cette raison qu’elle a eu envie de produire des albums solos. Ce n’est pas nécessairement pour partir en tournée toute seule.

«Mon but est de savoir comment enregistrer des albums. C’est le travail en studio et l’apprentissage qui m’intéressent.»

Elle envisage aussi de réaliser un album complet à l’automne. Ses principales influences lui proviennent du rock. Écrire en anglais lui est venu naturellement. C’est une autre voix, souligne-t-elle.

«Écrire en français c’est clair que c’est un effort à faire et que je suis fière de faire, mais en même temps, on est bilingue et c’est absolument naturel de pouvoir parler dans les deux langues. On devrait pouvoir le faire sans se sentir mal. J’ai écrit plein de tounes en anglais que si je n’avais pas fait d’album en anglais elles seraient en train de pourrir», ajouté l’artiste maintenant établie à Montréal.