Des projets pleins la tête

DIEPPE – Les participants du 28e Colloque des Arts et la Ville sont repartis de Dieppe avec des idées de projets plein la tête. Tous s’entendent pour dire qu’il s’agit d’un franc succès.

«À vous écouter, j’ai rêvé des possibilités! Votre mouvement est comme un grand capteur de rêve patiemment tissé», a déclaré l’auteure et communicatrice Françoise Enguehard, qui a salué la qualité des échanges entre les élus, les artistes et les travailleurs culturels.

Elle a rappelé aux conseillers et aux maires qu’ils ont le pouvoir de changer les choses. «Osez la culture, c’est une attitude contagieuse. Je suis de celle qui pense que la fierté identitaire est un déterminant de la santé», a poursuivi la conférencière qui a prononcé le mot de clôture du colloque.

Divers projets culturels inspirants et innovateurs ont été présentés tout au long des trois jours de la rencontre. Que ce soit l’exposition Terre-Maires à Vaudreuil-Soulanges, Culturat en Abitibi-Témiscamingue ou encore le concept de l’économie mauve qui mise sur l’humain et la culture, ces initiatives qui donnent de belles idées aux participants ne sont que quelques exemples parmi l’ensemble des réalisations partagées cette semaine.

«Il y a certainement d’excellentes pistes à suivre», a mentionné le maire de Dieppe, Yvon Lapierre.

En ce 4 juin, les congressistes ont observé une minute de silence afin de rendre hommage à la mémoire des policiers de la GRC victime de la fusillade. «Je suis particulièrement ému et heureux de vous avoir accueilli cette année. Quand nous penserons au 4 juin, ce seront maintenant des souvenirs heureux du colloque 2015», a exprimé M. Lapierre. Ce dernier estime que l’impact pour la région de cette rencontre dépasse largement les quelque 50 000 $ qui ont été investis par la Ville.

Il entend participer au colloque des Arts et la Ville à Rimouski en 2016. «Je ne suis pas le plus grand apôtre des arts et de la culture, mais j’y crois», a-t-il soutenu.

Les artistes acadiens ont brillé au colloque qui a offert la plus grande programmation artistique de l’histoire de l’événement.

«On a rarement vu un colloque avec autant de prestations artistiques et de qualité. J’ai retenu tellement de choses, entre autres, un sketch sur le tintamarre des Acadiens. Je me suis dit que je repars d’ici un peu Acadien», a confié le  coprésident du réseau Les Arts et la Ville et maire de Baie-Saint-Paul, Jean Fortin.

«Je pense qu’il y a des gens qui vont avoir de la misère à s’en retourner. Déjà en partant, qu’on soit en Acadie, c’est particulier. On sent que la culture pour l’Acadie n’est pas seulement un mode d’expression, c’est une manière d’être», a-t-il soulevé.

Un total de 225 participants, soit quelques dizaines de moins que par les années passées, étaient au rendez-vous.

Jean Fortin mentionne que les contraintes économiques au Québec ont fait en sorte que certaines municipalités n’avaient pas les moyens financiers d’envoyer de représentant. Qu’à cela ne tienne, ils ont invité davantage de municipalités de l’Acadie.

La directrice de l’Association acadienne des artistes professionnels du N.-B. (qui accueille le festival avec la ville de Dieppe), Carmen Gibbs, s’est dite enchantée. De réelles complicités se sont développées.

«Je crois que les Québécois sortent d’ici avec une meilleure compréhension de l’Acadie. On voulait faire une offre artistique diversifiée actuelle et c’est une excellente vitrine pour les artistes», a-t-elle expliqué, soulignant du même coup que des artistes en spectacle repartiront certainement avec des contrats.

L’AAAPNB a l’intention de pousser plus loin le réseautage en collaborant avec certains organismes, dont le projet Culturat à Rouyn-Noranda, une initiative d’aménagement culturel du territoire qu’elle qualifie d’extraordinaire. Le partenariat entre l’AAAPNB et la ville de Dieppe se poursuivra en 2016, puisque la cité acadienne accueillera les Éloizes du 2 au 8 mai.

Lors de la clôture de l’événement, Anika Lirette et Gilles Doiron ont présenté leur vidéo bilan du colloque. Raymonde Fortin et Anne-Marie Sirois ont dévoilé des œuvres littéraires et visuelles créées sur le thème La culture: lieu de toutes les complicités.