Trois Acadiens finalistes aux Prix Gémeaux

Il n’y a pas que la musique acadienne qui s’illustre au Québec; le cinéma fait aussi sa place. Trois Acadiens ont récolté des nominations aux Prix Gémeaux 2015. Des œuvres de Phil Comeau, Paul Bossé et Jacques Savoie figurent parmi les finalistes.

L’Académie canadienne du cinéma et de la télévision a dévoilé les finalistes des Prix Gémeaux qui récompensent les meilleures œuvres de l’année sur nos écrans et le travail de ses artisans. Deux documentaires produits en Acadie sont du nombre.

«Ça fait connaître le cinéma canadien et dans ce cas-ci, le cinéma acadien, avec trois nominations, ça continue à montrer qu’on se démarque à l’extérieur de l’Acadie. Dans ce sens-là, c’est très positif. On n’est pas juste bon en musique», a exprimé le cinéaste Phil Comeau, qui était à la soirée du dévoilement des nominations à Montréal. Plus de 1000 personnes y ont participé.

Son film, Ron Turcotte, jockey légendaire, produit par l’ONF (Jacques Turgeon, Murielle Rioux-Poirier et Maryse Chapdelaine) est en nomination pour le Gémeau du meilleur documentaire biographique, tandis que Les Sceaux d’Utrecht produit par Suzette Lagacé des Productions Mozus figure parmi les cinq finalistes dans la catégorie de la meilleure série documentaire société. Pour Paul Bossé et la maison de production de Moncton, il s’agit d’une première.

«C’est une belle reconnaissance. Juste le fait d’être nommé, c’est une victoire. Mon but principal était de faire un film avec du contenu intelligent et on a réussi notre pari. Il ne faut jamais sous-estimer le public. Le succès du film justifie ma démarche», a déclaré Paul Bossé.

Cette œuvre marquante du cinéaste et poète de Moncton, animée par le rappeur anishnabe Samian, s’est illustrée depuis sa sortie, en remportant des prix au FICFA (Festival international du cinéma francophone en Acadie) et au Canada International Film Festival à Vancouver. La productrice Suzette Lagacé est ravie de cette nouvelle distinction aux Gémeaux.

«On espère qu’avec cette nomination, le film soit reconnu encore plus. Ce n’est pas parce qu’on produit en région qu’on produit des sujets régionaux. Nous sommes à la hauteur de toutes les productions qui se trouvent dans les grands centres. Les Sceaux d’Utrecht proposent un sujet international. Paul Bossé va se faire connaître davantage, ainsi que toute l’équipe qui a fait un énorme travail» a soutenu la productrice.

L’auteur et scénariste acadien Jacques Savoie a récolté une nomination dans la catégorie du meilleur texte (série dramatique saisonnière), pour Le Berceau des anges. Cette série qui porte sur le marché noir de vente de bébés illégitimes, réalisée par Ricardo Trogi, est citée dans huit autres catégories, dont celle de la meilleure série dramatique saisonnière et la meilleure réalisation.

Phil Comeau qui accumule les bonnes nouvelles de ces temps-ci, en est à sa sixième nomination au Gémeau. Il savoure pleinement cette distinction, rappelant qu’il s’agit du prix canadien le plus prestigieux dans ce domaine et qu’il est l’équivalent des Emmys pour la télévision américaine. C’est un jury de professionnels du milieu de la télévision et du cinéma qui choisit les cinq finalistes par catégorie. Les lauréats sont déterminés par le vote des 2000 membres de l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision.

«Je suis très excité parce que c’est un film qui a été difficile à faire. Travailler avec un paraplégique et s’en aller sur la route aux États-Unis avec lui, demande une certaine souplesse. C’était un beau projet et j’ai été bien guidé par l’ONF. C’est aussi une reconnaissance d’un travail d’équipe, entre autres, de Claude Fournier qui a fait la musique. J’ai appelé Ron Turcotte pour lui annoncer et il était super excité et content», a indiqué le cinéaste.

Ron Turcotte, jockey légendaire, qui retrace avec sensibilité le parcours du célèbre vainqueur de la Triple Couronne américaine avec le cheval Secretariat, a reçu quatre prix depuis sa sortie, dont celui du meilleur film au Festival international de Palerme en Italie.

Les 30es prix Gémeaux seront remis les 18 et 20 septembre.

Phil Comeau explore la résilience acadienne

Phil Comeau a entrepris un nouveau projet de documentaire qui portera sur la résilience des Acadiens à travers l’histoire de Zachary Richard et de ses ancêtres.

En entrevue, le réalisateur explique que ce documentaire, produit par Bellefeuille Productions à Moncton, est destiné au réseau TV5. Le tournage se fera dans les trois provinces maritimes au mois d’août, pour se poursuivre ensuite en Louisiane à l’automne.

«C’est un film sur la résilience et la résistance des Acadiens vues à travers Zachary Richard», a souligné Phil Comeau, qui retracera l’histoire des ancêtres du chanteur et poète louisianais, c’est-à-dire les familles Richard et Boudreau.

Le cinéaste suivra tous les déplacements des ancêtres du chanteur qui ont vécu à Port-Royal en Nouvelle-Écosse, à Chipoudie près de Moncton, à Malpèque, à Miramichi et au Restigouche pour finir en prison à Halifax, d’où ils sont partis vers la Louisiane à bord du bateau de Beausoleil Broussard. C’est assez passionnant comme histoire.

«Ça donne une vue d’ensemble et une perspective sur la diaspora, mais qui commence chez nous pour finir en Louisiane.»

«Le film va se terminer avec ce qui se passe en Louisiane aujourd’hui», a ajouté le cinéaste.

Il tournera, entre autres, des images au Grand Réveil acadien qui célèbre cette année le 250e anniversaire de l’arrivée des Acadiens en Louisiane.

La sortie du film est prévue en 2016.