Sam Craft et Stephen MacDonald, de Sweet Crude. - Acadie Nouvelle: Sylvie Mousseau
Sam Craft et Stephen MacDonald, de Sweet Crude. – Acadie Nouvelle: Sylvie Mousseau

En 2014, Sweet Crude a été la révélation du Festival Acadie Rock à Moncton. Un an plus tard, la formation louisianaise est de retour dans les Maritimes.

À moitié français, à moitié anglais, Sweet Crude se plait à fusionner les styles musicaux et les langues. Les sept musiciens de la Nouvelle-Orléans, âgés dans la vingtaine, se sont donnés comme mission de renouveler la langue et la musique cadiennes. Si les sonorités de la Louisiane sont bien présentes dans leur musique, il combine le folk, le cajun, le pop, le rock donnant ainsi un style contemporain et progressif, un peu inclassable. Le groupe s’est formé autour du duo Alexis and the Samurai formé d’Alexis Marceaux et Sam Craft qui on eu envie de réunir un plus grand nombre de musiciens.

«En Louisiane, il y a plein de musique française, c’est toute de la musique cadienne ou zarico et nous voulions créer quelque chose de différent et de nouveau. On voulait mettre la langue française louisianaise sur une musique moderne», a expliqué le violoniste et chanteur Sam Craft, au cours d’une entrevue dans un café à Moncton.

Depuis leurs débuts en 2013, la formation suscite pas mal d’attention. Le groupe joue surtout dans le sud des États-Unis, dans la région du golfe du Mexique et du Mississippi. Ils chantent leurs propres compositions en français et en anglais, ainsi que quelques pièces traditionnelles qu’ils revisitent.

«C’est intéressant parce qu’il y a des gens dans l’auditoire qui comprennent le français et d’autres pas, mais même ceux qui ne comprennent pas le français nous supportent», a poursuivi le chanteur et musicien, rappelant que le groupe propose une musique énergique invitant à la danse. La musique se laisse porter par la joie de vivre louisianaise.

«Pour nous, la musique c’est un vaisseau pour transporter la langue cadienne. On voulait continuer le français cadien en Louisiane, parce que le français a sauté la génération de nos parents. Si on veut apprendre le français louisianais il faut parler avec nos grands-parents», a indiqué le violoniste. Ils ont été inspirés par une foule d’artistes, en commençant par Zachary Richard.

«Tu ne peux pas jouer de la musique française en Louisiane sans être influencé par Zachary Richard», a-t-il soutenu.

Après avoir fait escale aux Îles-de-la-Madeleine, à Saint-Jean et Fredericton, Sweet Crude s’arrête au Festival acadien de Caraquet ce vendredi à 19 h. Ce concert mettra en vedette aussi le groupe Reforme, lauréat du concours Accros de la chanson 2015. Le groupe louisianais sera aussi du spectacle de la fête nationale de l’Acadie samedi à Moncton. En 2014, c’était la première fois qu’il entreprenait une tournée à l’extérieur des États-Unis.

«C’est incroyable, on est tellement excité de revenir jouer ici», a ajouté Sam Craft qui entend porter les couleurs de l’Acadie au tintamarre qui se déroulera avant le spectacle.

Sweet Crude rassemble Sam Craft (violon, voix), Stephen MacDonald (basse), Alexis Marceaux (voix, percussions), Jonathan Arceneaux (batterie), Skyler Stroup (clavier), Marion Tortorich (batterie) et Jack Craft (clavier).

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle