Marc à Paul à Jos: un chanteur-conteur coloré

Jamais, Marc LeBlanc alias Marc à Paul à Jos n’aurait imaginé que sa musique puisse sortir de sa Baie Sainte-Marie natale. Celui qui raconte avec humour et sensibilité les histoires de son coin de pays sera en spectacle au Festival Acadie Rock lundi. Bienvenue dans l’univers d’un chanteur et conteur coloré.

Son plus récent album La berouette à Mariette, paru en janvier, rassemble 16 compositions originales.

«Ce sont de vraies histoires et de vrais personnages», soutient l’auteur-compositeur-interprète qui propose un mélange de folk, de country et de bluegrass.

Cet artiste émergent habite à Vancouver depuis dix ans où il travaille aussi comme ingénieur mécanique. Il fait régulièrement la route du Pacifique à l’Atlantique afin de retrouver sa famille et ses amis à Petit-Ruisseau dans la région de Clare, en Nouvelle-Écosse.

Lundi sera la toute première fois qu’il offrira un spectacle en tant que Marc à Paul à Jos au Nouveau-Brunswick.

Paul est le nom de son père et Jos celui de son grand-père. Il a choisi cette appellation traditionnelle qui convient tout à fait à son univers musical qu’il livre en français dans une langue bien de chez lui.

«Je suis fier d’avoir été invité pour jouer au Festival Acadie Rock. Ça m’a beaucoup surpris parce que je n’aurais jamais cru qu’il y aurait quelqu’un en dehors de Clare qui allait même écouter ma musique. Quand j’ai fait ma première toune, j’ai pensé que ça finirait là. Un an et demi plus tard, j’ai fait un deuxième album et je continue à travailler sur d’autre matériel», a exprimé le chanteur et joueur de mandoline qui dit avoir reçu de bons commentaires des Néo-Brunswickois.

Avant de se lancer sur la scène francophone, Marc LeBlanc jouait surtout du rock et du métal en anglais. C’est un vieil homme de la Baie Sainte-Marie, Baptiste, qui l’a inspiré à écrire en français.

«Cet homme a écrit beaucoup de chansons de la région de Clare, des histoires de sa jeunesse. En écoutant sa musique, j’ai pensé qu’il y avait beaucoup d’histoires que je pourrais raconter de mon temps à moi. Ce qui me donne l’inspiration pour continuer, c’est de vouloir préserver les histoires, la langue, le dialecte et l’accent. J’essaie de me servir autant que possible de vieilles expressions qu’on entend moins souvent astheure», a ajouté l’artiste qui souligne que le bon français peut autant être la langue de la Baie Sainte-Marie que celle d’ailleurs dans la francophonie.

Marc à Paul à Jos sera accompagné de deux musiciens, Charles et Simon Robichaud, à la guitare et à la basse. Son spectacle est présenté lundi à 20 h à la salle Bernard-LeBlanc du Centre culturel Aberdeen. Il s’agit d’un double plateau avec l’inimitable Mononc’ Serge. Une soirée qui promet d’être originale.

Dans le cadre du programme cinématographique L’Acadie suit son Court, une équipe de cinéastes formée d’Annie France Noël, d’Evar Simon et d’Étienne Boivin a tourné un faux documentaire sur Marc à Paul à Jos intitulé Touché qui est présenté pendant le Festival.