Sandra Le Couteur: Barbara… et les autres

«Il y a Barbara… ensuite il y les autres», résume Sandra Le Couteur. Depuis presque toujours, l’interprète originaire de Miscou éprouve une grande admiration pour Barbara, célèbre auteur-compositrice-interprète française décédée en 1997.

Samedi à l’église de Bertrand, dans la Péninsule acadienne, elle compte partager son émerveillement pour l’univers de Barbara en compagnie du pianiste Carl Philippe Gionet lors du spectacle Barbara mon amour. Le concert commence à 20 h. Les billets coûtent 25 $ à l’entrée.

Le spectacle a été présenté pour la première fois en 2002 à Montréal pour souligner le cinquième anniversaire du décès de Barbara.

Il a été ressuscité en 2013 au phare de Miscou.

Les deux Acadiens avaient prévu de reprendre le spectacle encore une fois cet été à Miscou, mais il a été reporté en raison d’un imprévu.

«On s’est dit pourquoi pas à l’église de Bertrand. C’est là où Carl Philippe a son piano à queue. Avec le piano et l’acoustique de l’église, ça va être extraordinaire», promet Sandra LeCouteur.

La diva acadienne baigne dans l’univers de Barbara depuis plusieurs années. Elle a même remporté le prix du public en 1992 au Gala de la chanson de Caraquet avec une reprise de L’Aigle noir, l’un des grands succès de la chanteuse française.

«C’est la plus grande chanteuse de la chanson française. Au même titre que Jacques Brel et Léo Ferré. Elle est incomparable.»

Lors du spectacle, le public est invité à découvrir cet univers singulier.

En plus d’interpréter du Barbara, Sandra Le Couteur va reprendre les grands succès d’autres piliers de la chanson française comme Jacques Brel, Charles Aznavour et Serge Reggiani.

Les trois hommes ont tous croisé Barbara au cours de leur vie.

«C’est mon créneau. J’aime explorer ses chansons. C’est théâtral et avec Carl Philippe Gionet, ça donne une autre couleur au spectacle. Nous apportons le public en voyage.»

Après Bertrand, Sandra Le Couteur et Carl Philippe Gionet vont présenter le même spectacle à Montréal en octobre et ensuite en avril au festival Brassens à Vaison-la-Romain, en France.

«Là-bas, ce sont tous des puristes. Ils connaissent son répertoire. On n’a pas droit à l’erreur.»

Des spectacles et la télévision

Les prochains mois s’annoncent très occupés pour Sandra Le Couteur. Après une série de trois spectacles à Montréal, elle revient en Acadie pour une tournée en Atlantique.

Elle reprend la route en janvier pour une tournée en Ontario. En mars, elle part en Amérique du Sud pour représenter le Canada lors de la semaine de la Francophonie. Ce tournée lui permettra de chanter en Argentine, au Paraguay et en Uruguay.

Entre-temps, les téléspectateurs vont pouvoir la voir dans la série Le Clan, diffusée à Radio-Canada, dans laquelle elle tient un rôle mineur.