24 auteurs, dont deux Acadiens, sur les traces de Champlain

Les écrivains Herménégilde Chiasson et Gracia Couturier prendront part à un vaste projet littéraire national à 24 voix afin de souligner les 400 ans de présence française en Ontario.

Imaginons un roman écrit en 24 heures par 24 auteurs francophones voyageant à bord du train reliant Halifax et Toronto. C’est ce que l’instigatrice du projet, Anne Forrest-Wilson, a lancé comme défi aux auteurs sélectionnés. Ils sont de l’Acadie, du Québec, de l’Ontario, des Premières nations et de la France. Une fois écrit, le roman sera publié par les Éditions Prise de Parole. La romancière Gracia Couturier de Moncton explique que chaque auteur écrira un chapitre de l’histoire. Après quelques journées de préparation à Moncton, les écrivains monteront à bord du train l’Océan à Halifax, le 23 octobre, afin d’entreprendre l’écriture de cette œuvre de fiction en 24 heures.

«Je ne sais pas s’il y a un projet semblable d’envergure qui a déjà existé. Quand ils m’en ont parlé, j’ai trouvé ça assez flyé que j’ai accepté de participer», a indiqué Gracia Couturier qui travaille à divers projets d’écriture, dont la suite de son roman Chacal, mon frère.

La première rencontre entre les auteurs aura lieu à Moncton où ils développeront les personnages et la trame narrative du récit. Pendant leur périple en train, ils feront escale à Montréal où ils remettront une première ébauche du livre à une équipe de réviseurs tout en partageant quelques bribes de l’histoire au public. Ils compléteront ensuite l’écriture du roman en route vers leur destination finale. Un premier exemplaire sera présenté au public à leur descente du train à Toronto. La sortie en librairie du collectif qui s’intitulera Sur les traces de Champlain est prévue le 16 novembre. Le poète et dramaturge Herménégilde Chiasson de Grand-Barachois est enthousiaste et fébrile à l’idée de ce projet, bien qu’il se spécialise davantage en poésie et en théâtre.

«Dans Autoportrait, il y a beaucoup de sections où il y a de la prose. Le roman est une tout autre approche à la littérature», a indiqué l’auteur qui a d’ailleurs entrepris l’écriture d’un roman.

Le groupe d’écrivains suivra donc les traces de l’aventurier Samuel de Champlain en Ontario. Ensemble, ils vont explorer l’histoire tout en écrivant un récit à plusieurs voix. Les instigateurs prévoient que le roman en 24 tableaux aura près de 67 200 mots. «Ce sera une mosaïque d’histoires qui s’entremêleront au fil des pages dans une langue et une écriture multiples», mentionnent les responsables. Selon ceux-ci, ce pont jeté entre les francophonies du Canada et la France aidera au rayonnement international de tous et de chacun. Anne Forrest-Wilson est fondatrice et directrice générale de l’organisme L’écriture en mouvement qui a mis sur pied les 24 heures du roman. Peu après, une édition spéciale numérotée à tirage limité sera produite et remise aux auteurs, partenaires et commanditaires. La maison d’édition franco-ontarienne souhaite remettre le roman entre les mains du maximum de gens possibles, notamment les étudiants francophones et francophiles. Jean Sioui, Jean Fahmy, Daniel Marchildon, Mireille Messier et Danièle Vallée figurent parmi les autres écrivains qui participent au projet.