Après 13 ans à la tête des chaînes TV5 Canada-Québec et Unis, Suzanne Gouin a été remerciée de ses services par le Conseil d’administration pour des raisons qui n’ont pas encore été dévoilées.

Jointe par l’Acadie Nouvelle vendredi, la présidente intérimaire du Conseil d’administration de TV5 Canada-Québec, Martine Tremblay, s’est contentée de dire qu’il s’agit d’une décision du conseil d’administration et qu’elle est en vigueur depuis vendredi.

«Tout ce que je vais vous dire là-dessus, c’est que c’est une décision du conseil d’administration et, actuellement, il y a un intérim qui est assuré par la directrice des finances et administration, Francine Grisé», a déclaré Mme Tremblay qui n’a pas voulu commenter davantage.

Attristée par la nouvelle, Suzanne Gouin s’explique très mal cette décision, surtout qu’elle survient seulement quelques mois après qu’on ait renouvelé son contrat pour quatre ans.

«C’est très difficile pour moi de comprendre après toutes les réalisations à la barre de cette entreprise depuis plus de 13 ans. L’obtention de la chaîne Unis (lancée en septembre 2014) est pour moi une grande réussite parce qu’elle a permis non seulement d’avoir une voix importante pour la francophonie canadienne, mais aussi assurée par le projet financier qui a été présenté au CRTC une stabilité financière à l’entreprise», a exprimé Mme Gouin.

Celle-ci a préféré à ce moment-ci ne pas donner de détails sur les raisons invoquées par le conseil d’administration, soulignant seulement que parfois il arrive qu’un conseil d’administration et un PDG aient des problèmes de direction stratégique, d’orientation ou de façon de faire.

«Il y a sûrement à ce niveau-là, une interprétation du conseil d’administration qui diffère de la mienne sur la façon de faire les choses. Je peux travailler extrêmement fort pour atteindre les résultats et véritablement je croyais que j’étais sur la bonne voie. Il faut croire que parfois on se trompe», a poursuivi Mme Gouin qui a tenu à saluer le milieu de la production télévisuelle francophone.

«Ç’a été un honneur et un privilège pour moi de travailler avec eux et de les faire participer à ce magnifique projet de lancement de la chaîne. Je suis extrêmement contente des résultats qu’on a réalisés en aussi peu de temps», a affirmé Suzanne Gouin qui ne sait pas encore ce qu’elle fera par la suite.

Cette nouvelle a pris un peu par surprise des artisans du milieu cinématographique et culturel en Acadie. Qualifiée de visionnaire, celle qui oeuvre dans le monde de la télévision depuis 30 ans est reconnue pour appuyer les producteurs des régions francophones minoritaires. Lors du lancement de la chaîne, Suzanne Gouin avait affirmé que l’un des mandats de cette nouvelle voix pour les francophones et les francophiles était de stimuler la production télévisuelle.

«Ce n’est définitivement pas un poste facile à combler et qui devait avoir des exigences probablement de tout bord tout côté, mais c’était quand même une personne avec qui il faisait bon de travailler et qui semblait avoir une bonne ouverture et une bonne compréhension des enjeux» a commenté le président de la Fédération culturelle canadienne-française, Martin Théberge.

Martine Tremblay a fait savoir que le départ de Suzanne Gouin n’entraînera pas de changements à court terme dans la structure et dans les opérations du diffuseur. Un processus de sélection sera mis en place au cours des prochaines semaines afin de trouver son successeur.

Par ailleurs, le conseil d’administration doit aussi se doter d’une nouvelle présidence puisque Marie-Linda Lord, une vice-rectrice à l’Université de Moncton, a quitté ses fonctions à la fin juin pour occuper un poste au conseil d’administration de Téléfilm Canada.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle