Luce Dufault propose un concert qui revisite ses chansons dans un nouvel habillage sonore. Avec sa voix puissante à faire trembler un roc, l’interprète native de l’Ontario adore la scène.

Luce Dufault entreprend une tournée de quatre spectacles au Nouveau-Brunswick. Son passage à la dernière FrancoFête en Acadie en 2014 a porté ses fruits. Elle avait alors séduit la foule du Théâtre Capitol. Un an plus tard, elle est de retour avec son plus récent spectacle qui allie des chansons tirées de son album, Du temps pour moi, et de la compilation Top 10 francophone parue en mai 2015. Luce Dufault célèbrera ses 20 ans de carrière musicale et ses 50 ans en 2016.

«Pour moi, l’important est de durer et de continuer à faire ce que j’aime même si tout change autour. La passion et le besoin de chanter sont toujours là. Quand je ne chante pas pendant un bout, je ne suis pas bien», a exprimé en entrevue Luce Dufault qui a une pensée pour les jeunes qui commencent dans ce métier et qui n’ont pas encore faire leur place. Une chance qu’ils ont la témérité de la jeunesse, lance-t-elle.

L’interprète prend plaisir à habiller de façon différente ses chansons. Certaines de ses oeuvres qui l’ont fait connaître à ses débuts reprennent vie devant le public.

«On trouve toujours un nouvel arrangement sur scène. Il y a des chansons que je n’ai pas le choix de faire. Soirs de Scotch, par exemple, je ne veux plus la faire à la télévision, mais je la fait en show. Quand le public est là pour la recevoir, il y a quelque chose qui se passe, elle reprend vie, mais je ne me mets pas à chanter Soirs de Scotch toute seule dans mon salon pour rien», a-t-elle poursuivi.

«Avec le temps, je change, je vieillis, je m’assagis un peu, ce qui fait qu’il y a des textes qui me ressemblent moins aujourd’hui.»

Accompagnée de trois musiciens, elle offrira un survol de ses huit albums. Ça me fait du bien, Soirs de Scotch, De la main gauche, Ce qu’il reste de nous risquent de se retrouver dans son spectacle. Elle raconte que cette compilation qu’elle assume complètement a été réalisée pour les besoins de l’industrie du disque. C’est la compagnie de distribution qui leur a demandé de sortir une compilation.

«En ce moment, il y a de moins en moins de magasins de disques, donc de moins en moins d’espace pour garder la discographie complète d’un musicien. Le distributeur et les disquaires nous ont donc demandé de sortir une compilation pour avoir quelque chose de physique à mon nom dans les magasins», a-t-elle expliqué.

Pour ses 20 ans de carrière, elle aimerait sortir un enregistrement inédit composé de nouvelles chansons et de succès revisités. De nos jours, sortir un album exige un peu plus de temps de réflexion surtout quand c’est produit par sa propre entreprise de façon artisanale.

«Je n’ai pas de subvention, je ne suis pas avec une grosse compagnie de disque, donc quand on fait un album ça sort de nos poches. C’est beaucoup de travail puis c’est un risque financier qu’on prend chaque fois. On y réfléchit plus parce qu’on sait pas trop ce que ça donnera, mais en même temps j’ai besoin de me renouveler, d’avoir de nouveaux textes, pour me retrouver sur scène», a ajouté Luce Dufault.

En spectacle du 22 au 25 octobre, elle s’arrêtera à Edmundston, Moncton, Miramichi et Caraquet. Sa dernière tournée dans la province date de plusieurs années. Elle se souvient, entre autres, de la chaleur du public acadien. Izabelle Ouellet assure la première partie de ses spectacles.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle