Après avoir sillonné le continent pendant plus d’un an et demi, l’auteur-compositeur-interprète québécois Bobby Bazini commence à réfléchir à la suite. Avant de mettre fin à la tournée lancée en février 2014 et de se concentrer sur la préparation d’un troisième album, le jeune homme âgé de 26 ans s’arrêtera au Nouveau-Brunswick les 27 et 28 octobre afin de présenter deux spectacles à Caraquet et à Moncton.

Depuis le lancement de son premier album, Better In Time, en 2009, Bobby Bazini (né Bobby Bazinet) s’est déjà forgé une belle feuille de route. Plus de 80 000 exemplaires du disque se sont vendus au Canada et il remporte le Félix du meilleur album anglophone au gala de l’ADISQ.

La suite, Where I Belong, lancé en 2014, l’établit comme l’un des jeunes musiciens les plus en vue au Canada. Près de 135 000 exemplaires du disque ont été vendus et l’album a été sélectionné dans la catégorie du meilleur album de l’année aux Junos. Le prix a été remis à Leonard Cohen, mais Bobby Bazini est loin d’être déçu.

Un scénario semblable risque de se reproduire dans quelques semaines alors que les deux hommes sont sélectionnés dans la catégorie du meilleur album anglophone au gala de l’ADISQ, qui sera présenté en novembre.

«Je suis un fan de Leonard Cohen. C’est un grand poète. Il méritait le prix avec son album. (…) Je suis content de l’avoir perdu contre lui. Ça sera peut-être la même chose à l’ADISQ parce qu’il est encore en nommé dans la même catégorie que moi» dit le musicien originaire de Mont-Laurier, au Québec.

 

 

La musique a toujours été très présente dans la maison de la famille Bazinet. Il n’était pas rare d’entendre du Johnny Cash, du Marvin Gaye, du Otis Redding et du Bob Dylan.

«Mon père jouait de la guitare et ma mère chantait. Ça arrivait souvent qu’ils jouaient dans les bars et les festivals locaux à Mont-Laurier. Ils n’étaient pas des professionnels, c’était juste par passion.»

La passion de la musique a été transmise aux enfants de la famille Bazinet. Si Bobby Bazini fait son chemin depuis quelques années, son frère Kevin Bazinet a récemment été couronné le grand gagnant à l’émission La Voix.

Au fil des années, Bobby Bazini a eu l’occasion de rencontrer plusieurs de ses idoles musicales, dont Booker T. Jones. Le compositeur de la chanson Green Onions a joué sur Where I Belong.

«Plusieurs de mes musiciens préférés ont joué sur l’album. En fait, on voulait faire un album soul et on est allé chercher les musiciens qu’il fallait.»

Même s’il a grandi au Québec, la décision de chanter en anglais lui est venue naturellement.

«C’est un choix, mais c’était naturel pour moi. J’ai appris l’anglais très jeune et j’ai grandi en écoutant du soul, du folk et du country américain. J’ai aussi eu la chance d’avoir une équipe qui n’a pas essayé de me changer et qui m’a permis de faire ce que je voulais.

J’aime apprendre. J’ai appris la musique jeune. J’ai appris à parler l’anglais jeune. Ça m’ouvre d’autres portes. Je peux apporter ma musique un peu plus loin.»

Lors de ses spectacles au Nouveau-Brunswick, Bobby Bazini partagera la scène avec sept musiciens, dont Jonathan Arseneau, un bassiste originaire de Moncton.

«Il a étudié en jazz et il habite à Montréal. C’est un ami à moi. On a hâte de jouer au Nouveau-Brunswick. Je n’ai pas souvent la chance d’aller dans ce coin.»

Le premier spectacle sera présenté le 27 octobre au Carrefour de la Mer de Caraquet à 20 h. Le lendemain, il sera au Théâtre Capitol de Moncton.

 

 

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle