La quête du bonheur de Murielle Caissie (avec VIDÉO)

Fenêtre ouverte sur ses réflexions personnelles sur la vie, les œuvres de Murielle Caissie aux couleurs éclatantes sont exposées à la Bibliothèque publique de Moncton pendant tout le mois de janvier.

Depuis qu’elle s’est retirée de l’enseignement en 2010, Murielle Caissie a deux passions: la peinture et la course à pied. Celle qui court des demi-marathons aborde la peinture avec une énergie hors du commun. Elle propose 14 nouvelles toiles abstraites dans une collection qu’elle a intitulée En quête du bonheur. Ses œuvres sont animées par le mouvement, un peu comme si elle avait capté des paysages qui défilent devant ses yeux pendant qu’elle court. Elle raconte qu’elle travaille beaucoup de façon intuitive. Elle se lève tôt, souvent bien avant que le jour se pointe, pour se lancer dans la création.

«Je suis de tempérament énergique et l’acrylique est le médium que je préfère parce que ça sèche rapidement et je peux y aller librement d’une façon spontanée. Ça m’a amenée sur des chemins qui m’ont permis aussi de mieux me connaître. Lorsqu’on développe une passion, peu importe laquelle, je crois qu’on est confronté à soi-même», a exprimé Murielle Caissie, une artiste originaire de Néguac, établie à Dieppe depuis plus de 25 ans.

Après la peinture figurative, elle s’est lancée dans l’abstrait. Celle qui peint depuis une dizaine d’années estime que cette passion sommeillait en elle depuis longtemps. Elle a suivi, entre autres, des cours avec l’artiste Raymonde Fortin. Au fil des années, elle a développé sa technique pour créer un style qui lui est propre.

Après avoir participé à des expositions collectives, elle présente sa première exposition solo.

«C’était difficile pour moi de mettre en mot ce que je vivais à travers la peinture. Je pense que ça prend un certain temps pour avoir la technique et développer son propre style», a expliqué l’artiste, heureuse de pouvoir enfin partager son travail avec le public.

Cette collection est née de ses lectures, de ses réflexions personnelles en écoutant des personnes âgées parler de leur vie et aussi à la suite du départ de gens qu’elle aimait. Elle a noté ses réflexions dans un journal. Son exposition est conçue un peu comme un trajet que l’on doit parcourir. Chaque œuvre est accompagnée d’un message quelque peu philosophique sur divers thèmes. Elle révèle en quelque sorte son cheminement personnel par ses peintures.

«Lorsque je peins, j’applique des couches de peinture et je laisse couler la peinture, je la fusionne. Je peux peindre avec mes doigts, avec un couteau ou un pinceau. Je n’aime pas me limiter et je peux utiliser aussi du papier de soie et du sable pour créer des textures.»

Murielle Caissie encourage les gens à lâcher prise et à laisser aller leur créativité. En exposant ses œuvres, elle est touchée de voir que des gens se sont arrêtés devant ses toiles.

«Ce qui me fait chaud au coeur, c’est de voir que je peux toucher des personnes et de voir que je peux faire une petite différence», a ajouté l’artiste qui croit fondamentalement que le bonheur se trouve d’abord dans la perception des choses qui se produisent dans nos vies.

«Ce qui nous arrive peut peser une once ou une tonne. Le bonheur est d’arriver à trouver ce qui nous passionne. Dès qu’on le trouve, on se l’approprie. C’est ça qui m’inspire, de toucher à cette joie-là et à cette communication que je veux ressortir à propos du bonheur», a ajouté l’artiste qui offrira une exposition aussi à la Maison Tait à Shediac en 2017.

Sa collection En quête du bonheur est exposée jusqu’au 30 janvier à Moncton.