Le Théâtre populaire d’Acadie déterre un trésor caché de la littérature anglophone des Maritimes afin de le présenter à un public francophone.

ALDEN, envers et contre tous, qui raconte la vie du poète, dramaturge et romancier Alden Nowlan, sera présenté aux quatre coins du Nouveau-Brunswick du 9 au 27 février.

Maurice Arsenault, metteur en scène de la pièce écrite par Rick Merrill, a découvert les écrits d’Alden Nowlan un peu par hasard.

Depuis quelques années, l’homme de théâtre s’est donné pour objectif de présenter des pièces anglophones traduites à un public francophone.

Même s’il n’avait jamais plongé dans l’univers de l’auteur néo-écossais, le coup de cœur a été immédiat lorsqu’il a lu le texte de la pièce pour la première fois.

«L’authenticité du personnage m’a marqué. C’est l’histoire d’un homme autodidacte, vraiment un self-made-man, qui contre toute attente est devenu un grand auteur», dit Maurice Arsenault. Le texte a été traduit par Mélanie Léger.

Alden Nowlan est né en 1933 à Stanley, en Nouvelle-Écosse, dans la pauvreté.

Il a décroché de l’école après la 5e année pour travailler. À 16 ans, il parcourait environ 30 km à pied pour se rendre à la bibliothèque la plus près pour lire des livres sans se faire repérer par son père.

La lecture n’étant pas valorisée dans son milieu, Alden Nowlan a déjà dit que son père aimerait mieux voir son fils mettre du rouge à lèvres plutôt que de le voir faire de la lecture.

En 1967, le jeune auteur gagnait son premier prix littéraire du Gouverneur général. Cette même année, il a reçu la prestigieuse bourse Guggenheim.

Il est mort en 1983 à l’âge de 50 ans à Fredericton où il a habité pendant plusieurs années.

«C’était un personnage important et drôle. Il a vécu au Nouveau-Brunswick pendant 30 ans. Il est très connu par la communauté anglophone. Il a aussi écrit plusieurs discours pour Richard Hatfield (premier ministre du Nouveau-Brunswick). Donc quelque part, on l’a connu sans le savoir.» Les francophones qui ignorent cet auteur n’auront pas de difficulté à suivre l’intrigue de la pièce, assure Maurice Arsenault.

«Il ne faut pas voir lu ses écrits pour l’apprécier. La pièce est drôle et intense, parce qu’il a mené une vie intense. C’est facile à suivre. Ça va être amusant. Moi-même quand j’ai découvert la pièce, je me suis mis à commander ses livres et à les lire.»

Le rôle principal sera tenu par Serge Brideau, chanteur du groupe les Hôtesses d’Hilaire. Il partage la scène avec les comédiens Marc-André Robichaud, Marcel Romain Thériault et Marie-Pierre Valay-Nadeau.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle