Après trois mois, les responsables du projet de galeries d’art et de boutiques éphémères Créa, à Moncton, dressent un bilan positif. Ils ne reste plus qu’une semaine pour tenter de trouver un moyen de poursuivre cette initiative artistique et d’affaires, qui arrive à échéance le 31 janvier.

La directrice générale de l’organisme L’Art Ici SVP, Lisa Griffin, considère que le projet a engendré de belles retombées pour la collectivité et les artistes. Les commentaires ont été positifs, assure celle qui a mis en oeuvre ce projet avec Matt Williston. Pendant trois mois, près de 25 artistes locaux ont occupé plus de 20 espaces sur la rue Main, incluant deux boutiques abritant artisans, artistes visuels, créateurs, antiquaire et styliste de mode. Des pourparlers avec divers partenaires, dont Moncton Centre-Ville, la Ville de Moncton et la Corporation 3+ sont en cours afin d’examiner les possibilités pour que l’une des deux boutiques demeure ouverte au moins pour un autre six mois. Si le projet achoppe, ce sont deux autres locaux de la rue Main qui seront vacants. Lisa Griffin précise que cette initiative ne pourra pas se poursuivre sans avoir d’appuis financiers. Les stationnements payants et le fait que des grandes chaines de magasins s’installent en périphérie au lieu du centre-ville constituent des obstacles au développement complet de la rue Main, estime Lisa Griffin qui se désole de voir certains locaux restés vides longtemps.

«On ne peut pas faire un centre-ville complet avec juste des entreprises locales qui n’ont pas d’argent pour commencer. On a besoin de créer une destination et pour ça, ça va prendre une approche globale», a soutenu Lisa Griffin qui considère que Créa a permis d’amorcer un mouvement.

La directrice de Moncton Centre-Ville, Anne Poirier Basque, souhaite à son tour que le projet Créa se poursuive et c’est pour cette raison, que l’organisme a appuyé l’initiative dès le départ. Bien que le bilan soit positif, elle considère que trois mois c’est trop court pour un projet d’incubation d’entreprises.

«Je pense qu’un projet d’incubation devrait être appuyé pour au moins deux ans. Si on pouvait tous mettre un peu d’argent de côté avec les propriétaires et faire une sorte d’entente, ce serait intéressant. On est en train de voir à ce que ça se réalise», a indiqué Anne Poirier Basque.

Celle-ci précise que cette situation n’est pas unique à Moncton. Depuis l’arrivée du phénomène des centres commerciaux dans les années 1970, il y a de moins en moins de magasins de détail dans les centres-villes, mais c’est en train de revenir. Elle a fait savoir que la Ville de Moncton a mis en place des incitatifs récemment.

L’artiste Mathieu Francoeur qui expose son travail dans l’une des deux boutiques a adoré son expérience. Si la boutique demeure ouverte, il ne sait pas encore s’il restera.

«Je pense que ça serait génial que ça continue. C’est un beau projet pour la communauté et pour les gens qui sont impliqués. Au niveau des revenus et des contacts, ç’a été positif. J’ai rencontré des gens qui vont être des clients pour le restant de ma vie. Cela a donné une chance aux gens de me rencontrer dans une place qui n’est pas une galerie et de me voir au travail», a exprimé Mathieu Francoeur qui organise une grande vente d’art cette semaine à la boutique située devant l’édifice de l’Assomption.

Après le 31 janvier, l’organisme L’Art Ici SVP quittera la rue Main pour s’établir dans un autre local au centre-ville. Matt Williston et Lisa Griffin travaillent déjà à la préparation du deuxième Festival Inspire qui aura lieu sur le sentier riverain en juin. Les organisateurs ont une longue liste d’artistes de plusieurs pays qu’ils souhaitent inviter pour réaliser des murales. En 2015, cinq fresques ont été créées dans divers lieux à Moncton, apportant ainsi de la couleur dans la ville. Ils espèrent qu’il y en aura davantage en 2016. D’ici là, L’Art Ici SVP présente deux manifestations artistiques, dont une soirée de musique, de couleurs et de patinage devant l’Hôtel de Ville, le 5 février, et une activité de sculpture sur glace à Riverview le 13 février.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle