Étonnées des changements annoncés à artsnb, des associations qui représentent les artistes se font quand même rassurantes quant à l’intégrité et l’avenir de cet organisme responsable du financement des arts. Elles soutiennent avoir obtenu des engagements du gouvernement.

Au lendemain du dépôt du budget provincial, la direction du Conseil des arts du Nouveau-Brunswick (artsnb) a décrié les changements proposés par le gouvernement. Selon les dirigeants, les coupes de 400 000 $ et le nouveau modèle de gestion pourraient entraîner la perte de l’autonomie de l’organisme. L’Association acadienne des artistes professionnels du Nouveau-Brunswick (AAAPNB) et ArtsLink NB qui entendent suivre de près l’évolution du dossier affirment que le gouvernement s’est engagé à maintenir le financement et la livraison des programmes destinés aux artistes et que les principes d’autonomie et d’indépendance seraient maintenus. Les deux associations ont rencontré le ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture, Bill Fraser, le 2 février en après-midi. La directrice de l’AAAPNB, Carmen Gibbs, mentionne que le ministre leur a précisé que les changements étaient d’ordre administratif, citant en exemple, le partage de locaux, la rationalisation de certains services et d’équipement. Certains employés pourraient aussi travailler à la fois pour le Conseil des arts et le gouvernement.

«Pour nous, les choses les plus fondamentales, c’est la loi qui encadre le Conseil des arts, l’indépendance et l’autonomie d’artsnb et de son conseil d’administration ainsi que les jurys de pairs sans ingérence politique. On nous a garanti que cela ne serait pas touché», a indiqué Mme Gibbs.

Pour les associations d’artistes, les grands principes d’indépendance et d’autonomie au cœur de la fondation du Conseil des arts ne sont pas négociables. Carmen Gibbs rappelle que les artistes ont lutté pour la création du Conseil des arts et que l’AAAPNB a participé activement à sa fondation en 1991, en s’assurant de son autonomie.

«Le plus important, c’est que le Conseil des arts puisse continuer à remplir son mandat premier qui est de soutenir la création artistique et l’excellence dans le domaine des arts, entre autres par l’attribution de bourses et de prix.»

Si les acquis des artistes demeurent au centre de leurs préoccupations, il reste que la direction de l’Association s’oppose à ce que les agents de programme et la direction générale soient intégrés à la fonction publique, afin d’éviter toute proximité avec l’appareil politique.

«Le ministre nous a dit que même si la décision était prise, tout n’était pas ficelé et qu’on allait être consulté dans la mise en œuvre des changements notamment au sujet du statut des employés. Ils sont prêts à regarder une autre avenue», a souligné Mme Gibbs.

Celle-ci mentionne que d’autres conseils des arts autonomes au pays ont des employés qui sont aussi des fonctionnaires.

«Pour nous, le statut des employés n’affecte pas l’autonomie et l’indépendance, par contre au niveau de l’apparence de conflit, ce serait beaucoup mieux si les employés relevaient du conseil d’administration au lieu de la machine gouvernementale», a ajouté Mme Gibbs qui estime qu’il ne s’agit pas de la fin du conseil des arts. Elle ajoute qu’ils seront aux aguets au cours des prochains mois et qu’ils entendent maintenir le dialogue avec le gouvernement.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle