Edmundston s’ajoute au circuit des compétitions de danse au N.-B.

Edmundston s’ajoute au circuit des compétitions de danse au Nouveau-Brunswick.

La compétition Feel the Beat sera présentée les 1er et 2 avril à la polyvalente la Cité des Jeunes. La Ville d’Edmundston deviendra la cinquième localité au Nouveau-Brunswick à proposer une activité du genre.

Une quinzaine d’écoles de danse, regroupant plus de 350 participants, sont inscrites pour la compétition.

Des adultes ont décidé de mettre leur passion pour la danse au profit d’un organisme à but non lucratif, leur employeur, à la recherche de financement pour accroître ses services.

La compétition a été mise sur pied par le Centre d’intervention en troubles d’apprentissage (CITA) d’Edmundston et deviendra une activité annuelle de financement. Cet organisme vise à aider les enfants à améliorer leurs performances en lecture, écriture ou en mathématiques.

«Nous n’avons pas ciblé d’objectif financier à atteindre pour cette première année, sinon de ne pas faire un déficit. Notre but est de mettre en place l’activité, la faire connaître et assurer sa continuité», a expliqué la présidente du comité organisateur et employée du CITA, Michelle Sirois.

Des troupes de danse du Nouveau-Brunswick, du Maine et du Québec sont attendues pour la compétition.

Quelques écoles, petites ou grandes, existent au Nord-Ouest. Les troupes d’Edmundston, Main Street Dancers et Studio Zénith, ont régulièrement représenté la région dans des compétitions à l’extérieur.

«Nos troupes locales se déplacent pour des compétitions du genre. Nous croyons que nous aussi nous pouvons accueillir les danseurs de l’extérieur. Et ça permettra aussi aux plus petites écoles, qui n’ont pas nécessairement les mêmes ressources financières, d’y prendre part», a ajouté Mme Sirois.

Compétition et formation

La compétition comprendra deux volets. Durant la journée, vendredi et samedi, les danseurs (solo, duo, trio ou en groupe) présenteront leurs numéros devant les juges dans les six catégories au programme. Le public est invité à assister aux prestations.

L’événement proposera aussi un volet formation, soit des ateliers avec les juges de la compétition, Amy Garner, Mistaya Hemingway et Chad Conception, vendredi soir.

Les juges-formateurs sélectionneront des danseurs pour préparer des numéros.

«Nous avons voulu faire quelque chose pour que notre compétition serait différente des autres, soit ce volet formation. Nous pensons que ça sera valorisant pour les danseurs de préparer des chorégraphiques avec les formateurs», a poursuivi Mme Sirois.

Pour conclure ce rassemblement de deux jours, une douzaine des meilleures chorégraphies présentées durant la compétition (coups de coeur des juges), les numéros préparés avec les formateurs et quelques surprises meubleront le Beat Show, le spectacle de fermeture de l’événement. Plus de 700 personnes sont attendues. Les billets seront en vente le soir même de l’événement.

Du financement additionnel pour subvenir aux besoins

Ayant pris racine à Edmundston, le Centre d’intervention en troubles d’apprentissage (CITA) a fait des petits et a mis sur pied une initiative semblable à Dieppe. L’organisation prévoit en ouvrir deux autres sous peu dans la Péninsule acadienne dans le Bas-du-Fleuve au Québec.

Le CITA est un organisme à but non lucratif dirigé par un conseil d’administration. Cette oeuvre a été fondée par Sr Claudette Dionne des Religieuses hospitalières Saint-Joseph de Saint-Basile.

Ne recevant aucune aide gouvernementale, l’organisme puise son financement par l’entremise de dons et activités de financement. Le centre d’Edmundston a notamment mis en place une loterie hebdomadaire.

À chaque année, les deux centres d’Edmundston et Dieppe réussissent à récolter environ 500 000 $ comme sources de financement.

«Les besoins sont grandissants. Nos enseignants ont des charges de travail complètes et plusieurs enfants sont en attente de services», a dit la directrice du CITA d’Edmundston, Josée Campeau.

Pour identifier du financement additionnel, l’idée de créer cette compétition de danse a été lancée. Tous les profits seront remis aux centres existants.